Monday, 11 October 2021

Tréma

 Some notes on the usage of the tréma diacritic (2 dots over a vowel) in Jèrriais


placenames

 

Use of the tréma in placenames seems to follow no logical pattern and seems governed by historical precedent

 

  • Ouën
  • Rouën
  • Caën

 

 

aï = /aɪ/

 

As in Guernésiais this represents a diphthong. Dictionary examples are nearly all in borrowed words, except for a couple of Eastern pronunciations reflected in spelling

 

  • baïette
  • baïonnette
  • capsaïzer
  • haï
  • haïjatchi
  • Jamaïtchain
  • Laïesse
  • ouaïeurer
  • païen
  • scaïte
  • suaïse
  • Thaïlandais

 

 

Friday, 6 August 2021

Un but d'la Bibl'ye - Bible snippet

Aniet ch'est la Fête d'la Transfidguthâtion. Et né v'chîn un but d'la Bouonne Nouvelle s'lon Mar, chapitre 9, vèrsets 2-9:

 

Today is the feast of the Transfiguration. And here's text from the Gospel according to Mark:

 

 

La Bouonne Nouvelle s'lon Mar: Chapitre 9, vèrsets 2-9

 

Siêx jours pus tard Jésû emm'nit acanté li l'Rotchi et Jînmîn et Jean et les m'nit amont eune haute montangne cârrée, à lus tout seu, Et i' vînt transfidguthé l'avant à ieux, et ses habits vîndrent blianchis à êgaluer, dé sorte qué fis d'âme sus la tèrre né pûssent les blianchi. Et v'là tch'appathûdrent à ieux Élie acanté Moïse, tchi 'taient à pâler auve Jésû. Épis l'Rotchi dit à Jésû, "Maît', ch'est bein qué j'sommes ichîn, faîthons trais d'meuthes, ieune pouor té, ieune pouor Moïse, et ieune pouor Élie." I' n'savait pon tchi dithe, ch'est en tchi i' 'taient êpeûthés. Épis un nouage vînt l's ombrer, et dé d'dans l'nouage eune vouaix prêchit, "Ch'tî-chîn est man Fis, l'Bein-Aimé; êcoutez-lé!" Et d'un co quand i' r'gardîdrent à l'entou dg'ieux, i' n'viyaient d'aut' pèrsonne acanté ieux sénon Jésû. Comme i' d'valaient la montangne, i' lus c'mandit dé n'rein dithe à fis d'âme entouor chein qu'il' avaient veu, d'vant qu'lé Fis d'l'Homme sait souôl'vé des morts.

Wednesday, 4 August 2021

Legend of old Grouville windmill and the devil's tithe

 

Lé Moulîn d'Vèrcliut

ou L'Vièr Moulîn d'Grouville

Par Geo. W. Bertram

Légende racontée par les anciens d'la fanmil'ye Bertram, d'La Rocque (texte dans Lé Bulletîn d'Quart d'An dé L'Assembliée d'Jèrriais, Vol. 3, Nos. 1 et 2, 1965; liu par Geraint Jennings 2021)

 

Dépis bein des siècl'yes les dgiêmes ont 'té levées auve forche dé louai sus l's habitants d'châque pâraisse. Eune dgiême, aut'fais payabl'ye en espèces, était deue qué ch'fûsse au bénéfice dé la Couronne ou au bénéfice ecclésiastique.


Les fèrmièrs dévaient des dgiêmes, les monnièrs, etc. Touos les Minnistres d'pâraisses èrchévaient don lus part dé dgiêmes. Mais i' pathaît, d'après eune légende, qu'un cèrtain Moulîn d'vait des dgiêmes pas à l'églyise, mais au Dgiâtre li-même. Ch'la ch'tait bein èrmèrquabl'ye, mais pèrsonne n'en savait la raison ni l'originne.

Thursday, 22 July 2021

Malgré l'y

 Eune pièche dé thiâtre transcrite (date înconnue)

A transcription of a play of unknown date:

=============================

Malgré l'y

CARAQUETAIRES :-


  • LAIESSE PINCHON …………… Un misérable avare
  • PHILIPPE DE QUETTEVILLE … Recteur de la paraisse de St. Clou et beau-frère à Laiesse
  • ELIZEBE PINCHON.…………… La sœur à Laiesse et femme du Recteur et bein hautaine
  • L'DOCTEUR ………………..… Amice Godefrai. Un docteur bein attentif et bein patient avec ses malades
  • SOPHIE CARQUAUX …………. Une nosse erquémandé par la Docteur veint pour soigner Laiesse et en pathe de le soigni comme y faut

____________________


Laiesse Pinchon, un vièr misérable avare, assis à la table avec un morcé de pain sec et une verrée d'eau et a murmuré à san tout seul.

Laiesse Nan, nan, y ne gagne pas rein de véni meslourdé avec tout lu g'nolin, j'ai 'tait toute ma vie à mon tout seul. Ma sœur Lizabbé qu'a mathié son Recteur se crai, mais je ne l'écouttait pas, je me trouve bein comme je sis et j'is reste.

On tape à la porte, le bonnehomme crie entrez et à sa surprise ch'est Lizabbé et le Recteur Phlippe De Quetteville qui le regarde avec stupéfaction.


____________________



Lizabbé Ah ! mais mon doux de la vie, Laiesse à chi tu pense de té-même de resté dans l'està que tu est. Y'un de ches jours n'ou te trouvera mort dans tan pité ; absolument y faut qui y'ais du changement. J'avons yieu des pliaintes des paraissiens et il faut que tu décide de faithe chique chose.

Laiesse Est-oùs venus acquoi pour me praichi sermon, car ou pouvez vous en rallé siez vous.

Le Recteur Laiesse, écoute si tu ne regarde pas a té, tu trouveras emporti à l'hopita, car le Connétable dit qui ne peut pas te lessi de même et il faut que tu ais chiqun a te soigni.

Laiesse Fichez-mé cans bein et ne m'eslourdez pas avec votre tintamarre. Ch'est mes sous qu'ou cherchis et mé, ou voudrais m'entraine a crèvé de chique bord pour les avé. A la! …. A la!…

Manque de soins, pathole lis manque et Laiesse est esvanni dans sa chaise et Lizabbé lit mait' le verre de l'eau à la bouche pour le ravigotté et le Recteur l'attrappe dans ses bras.

Le Recteur Oh, y sen vas passé Lizabbé. Il faut avè le docteur bein vite et je peux pas te laissé avec l'y toute seule.

Lizabbé Arraite un mio, y s'en va veni ; il en a yeu des bordés de même devant. Ch'est sa mauvaise tête qui le tchient. Y n'y a pas de moyen. Y faut que j'en faishon. Aide mé quant y sens va prendre ses sens. J'allons le mettre sus le sofa.

Le Recteur Comment que tu trouve ?

Laisse Ch'est mon cheu ! et pis …. vous qui venez m'en bêté de la sorte.

Lizabbé Va ramassi le docteur, Philippe et dit l'y de s'en veni toute de suite, que le Laisse est bein mal.

Laiesse Je ne veur pas de docteur siez mé pour m'empoissonné.

Lizabbé Va vite devans qu'il affole, car ses ners le quemande.

Wednesday, 21 July 2021

1913: How Laize Would Have None Of It

 How Laize Would Have None Of It


J'avaimes fini d'béthe du tée, Lonôre et mé. La vaisselle 'tait r'pathée; j'avais monté du tcherbon, et j'feummais eunne pipée du p'tun que l'bos garde dans un pot, pour l'usage du 'staff.' Après y'avé dounné san grué, et mins eunne brique caude ès pids, Lonôre avait chanté un cantique "Nous ne sommes que poudre et cendre" a la bouonne femme pour lis faithe passé eunne bouanne niet; et j'taî,es endrét l'feu a nos caufé, ma fille et mé, ov la porte d'chambre entr' ouverte pour si en cas Laizé éthait yeu bedoin d'tchiq'chose.


Tout d'un coup, tandi que j'tais a cartchullé combin d'quartiers j'etais a payi si la Nouvelle Loué passait, et qu'Lonôre 'tait a passé du bllu riban dans les scalleupes de tchiqu' chose de blianc; j'entendîmes tappé a la porte. Ma fille n'eut que l'temps d'muchi san tranvas sous l'sofa tandi que j'criyi Entrez!


Ils taient chinq! Chinq des clerques et empliés d'la Gazette, ov Moussieu Baker - l'sien qui garde les comptes, et qu'a eunne si belle moustache - a lus tête. quand j'eumes châtchi d'main, et qu'Lonôre lus eu dit "wont yous idown?" nou s'entr' érgardi un mio, et tout l'monde se taisait. J'viyais bin qu'y'avait tchiq'chose et qu'personne ne savait par tchi bu qu'menchi.

Deux Canards

Another transcribed playscript by Amelia Perchard (the centenary of whose birth we are marking at the end of this year). Slightly tidied for typing errors.


===========================================


Deux Canards

Par A.L.P

Charactéthes


  • Mait' Moise Janvrin…... B.J.Amy.
  • Lisette Janvrin...... sa femme M.Le Seelleur.
  • Judie Janvrin...... lus fille A.L.Perchard.
  • Nico Ernon...... un bardeland G.J.Perchard.
  • Robert Poudret...... un jeun houmme ervenu en Jèrri auprès vingt ans. J.B. Germain.


Scène

Le p'tit parleux siez les Janvrins, dans les sept heuthes du sé, au c'menchement d'Mars. I' fait justement niet. Lisette est assise à broder quand Judie entre habillie pour sorti.

Judie Es-che que P'pée n'est pas accouo ervenu?

Lisette Nennin.

Judie I' dévent pon y vaie bein clié à tither des lapins à l'heuthe qu'il est.

Lisette Ch'est tréjours d'même dans lus bordées d'chasse. J'crai bein qui y'a fallu rester à béthe du thée siez Mess. Perrin devant s'en r'venin.

Judie Enfin, la chasse s'en va bêtôt être finie jusqu'au Stembre.

Lisette Véthe, si tu-ès prête à t'n aller à ch't heu, tu trouv'thas un panyi sus la tablye dans la tchuisine.

Judie Es-che de tchi pour ma tante Lizabé?

Lisette Oui, eune petite gâche de pâte et des oeufs. Je n'crai pas qu'oulle est à se soignyi coumme i' faut dépis que t'n onclye est mort. Ne v'là d'la laine étout, ou' s'en va ouvrer des cauches pour tan péthe.

Judie V'la qu'aid'ra à lî passer l'temps.

Lisette Ou' 'tait à m'dithe l'autre jour combein qu'oulle apprcie de t'aver à l'garder compagnie si souvent au sé

Judie J'sis bein aise, si v'la tchi l fait pliaisi.

Lisette N'oublie pas qu'oulle aime bein se couochi de bouanne heuthe. I' m'semblye que tu-as 'té excessivement tard à r'arriver les dernié fais.

Judie Le temps s'passe vite, quand nous est à pâler; êcoute, ne v'chin P'pée. J'm'en vais filer à ch't heu qu'il est ervenu. J'soummes ichîn d'dans P'pee, et la chasse?

(Moise entre auvec s'n arme et tchiques lapins)

Lisette Te r'véla, av'ous íeu un bouan jour?

Tuesday, 20 July 2021

La Léçon

La Léçon - a play by Amelia Perchard, transcribed from a typescript (lightly edited for typing errors & corrections) partly without accents & partly with. As with most of the original playscripts held, this text was never prepared for printed publication but used as actor's rehearsal copy prior to performance.

============

La Léçon.


  • JOE TOURGIS.
  • ALICE. (Sa femme.)
  • EMMA. (lus fille)
  • BERT BLIAMPI. (un anmin)
  • LE CHENY'NYT PICOT.


SCENE.

La tchuisine sies Joe Tourgis, de vers les sept heuthe et d'mie du se. Les ridgeaux frement pur tchique secondes, pour motrer que quatres heuthes se sont passees.


Alice et Emma sont dans la tchuisine, changies pour sorti.


EMMA: P'pee est longtemps, I' n's'en va pas etre pres quand Bert s'en va crier pour li.

ALICE: Je n'sai pas tchique qu'il est a faithe. J'y avais mins ses habi touos prets sus l'liet.

EMMA: J'sis a attendre fete, d'le vaie dans san neu' fa. I' s'en va pathaitre tout distingi.

ALICE: J'espethe bein qu'vethe. J'si payi chi assez pour ses habits. Enfin, j'n'en sis pas genee. A-ch'teu que j'avons des sous, je n'm'en vais pas laissi personne d'eteindre notre chandelle.

EMMA: Ch'est ti magnifique de pouver acatter tout cha qu'nous a besion, sans s'gener. Mais ergarde l'heuthe! Iou qu'est P'pee?

ALICE: Vraiment, il est piethe qu'un mousse, faut trejous etre sou'otre li.

(Ou' va crier a Joe)

Monday, 19 July 2021

1958: La Mînséthe au Portînfé

La Mînséthe au Portînfé


Moussieu l'Editeu,


Vraiement, je n'sais pas tchèsque j'm'envais faithe. Hier je mint a caltchulé, par exemplye, chein qu'mes bêtes me couôtent et chein qu'j'ai à lûs donné pour le restant d'l'hivé, si je n'veur pas les vais crevé. Comme j'vos ai dit, mes qutre vaques ne donnent pas assez d'lait pour péyi pour lûs maintchaint, et quand j'propôse à la Merrienne de l's'envié ès abattoirs, ou s'oppose sûs l'coup.


Mais ach'teu, Moussieu, y m'reste à-bein-près une demié-chérge de navets, tchiques chiviélléthes de swîdiches et p't'être un p'tit viages de raves, tchi sont ocquo dans l'clios. Bein seux tch'ils ont g'lé chutte semaine, mais j'n'ai pas yeu l'couothage d'allé les ramâssé. Avec chonne, dans l'solyi y'a ocqu tchiques fagots d'fain, mais au but d'eune autre semaine le solyi s'sa viède. Etout y'a un d'mié bâthi d'avaine qué j'avais gardé pour le bidét, mais quand j'y'en donnit un poignie y'a tchiques jours, je n'pouvais pas m'en graie. A l'âge de trente-chinq and il enviyait des co-d'pids comme un jeune poulain. Aut-fais je l'mettais au câgnon d'la grande-tchéthue, et quand nous avait fini de touôné, y n'fliantchait pas d'co-d'pis, car le pouôre balloque avait bein d'la peine à sé t'nin d'but.


La Merrienne, tch'a pûs de r'frédeuses qu'ou n'avez veu sûs un corps humain, est gênée, car ou craint qu'ses poules crév'thont d'la fraid. Oulle a même suggéthé que che s'sait une bouonne chosé de l's'am'né dans la tchuîsine, mais j'ai mint man pid bas tout'd'suite en d'mandant s'ou crait qu'sa vielle catte et les poules s'accordethaient, et l'y dîsant tout nét et cârré qu's'ou s'îmagine que che s'sait mé tch'y néttithais la tchuîsine tous les matins, ou s'trompe hardi.

1927: L'Esbranlement de Betsy

 

L'Esbranlement de Betsy

PIERRE RONDE

BETSY …………………………… Sa femme

S'TER …………………………… Sa fille

FRANKIE …………………………… Son fils

MERIENNE LESCAUDET …………… Sa nièche

JANNETON DE LOUCHE ………… ... ) Vaisins

ELIZA …………………………... )

NICKLESS LE TEMPYI …………… Le vachi

TOUMAS ……………………………………….

CAPTAINE PERCHARD ……………………….

FRAINQUE DESLANDES …………… Le banchi

FLIP LE HUTCHET …………… Le fermi


ACTE I

Scenery : La tchuisine a Pierre Rondé

Sa femme Betsy est assise auprès du feu a ouvré.

Pierre assis de l'autre coté fume et poque le feu hardi souvent.

Betsy Te v'la equot trejous a pochi, le grais est trejous pien de chendres et j'brulons bein trop de t'cherbon ichin avec toute ta pochsie, n'en v'la desja deux tonniau que j'brulons dans tres mais, chi que tu croi qui s'en va nos maintenin si tu continue de même.

Pierre (pochant tout le temps) Y'etha equot du t'cherbon quand je s'ons mort ma fille et sai tu bin que si tout l'monde en brulaient seulement deux chents de pus tous les mineurs éthaient du travas.

Betsy Ne m'eslourde pas avec ton bavin chi qui ta conté chu gniollin la, et pis r'garde min le grais coume une cotte a couchons, ch'est nettis de matin au sé.

Pierre Te r'vela equot, un houme n'est pas maitre siez li ; et bin, que la S'ter le nettie d'main au matin, ou n'fait rin que d'être a couare les c'mins, chi qu'on cret qui va la maintenin. Je s'ons bin quand ou sa horte de d'sus nos bras.

Betsy T'est bin près a couare ta fille a bas. Mais dit qu ech'te l'dit tu la manque's'as quand ou sa horte.

Pierre Eh bin. J'ethait grand r'gret pour l'houme qui l'etha, ou ne peut faithe rin, tout cha qu'ou pense ch'est d'être a s'proumné en ville au Samedi au sé et être a yiethe toute sorte de gnollin dans l'jour : ne v'la qu'oul a vinch-un an et ou n'sait pas traithe. J'en tet pas d'même dans mon janne temps.

1914: Mother's Nocturnal Escapade (incomplete)

 Nou n'peut pon liéthe lé mitan d'la copie qu'nou-s'en a.

The middle of the copy we've got of this text is unreadable


=================

Mother's Nocturnal Escapade


Quand Lonore me dit qu'ou pépié d'envie d'allé vaie mouothi la vielle Année sus l'vier Marchi, je c'menchi par ne pon être de s'n'avis. Hélas! Que j'voudrais don avé continué d'même.


Mais ou m'tourmenti si bin; ou fut si bouonne et si douoche, tout l'jour; oul èstchuthi si bin les coutieaux; ou m'embréchi si souvent sus la joee. Et ch'tait: dis oui, ma chiethe petite memée! dis oui: tu n'voudrais pas faithe plieuthé ta p'tite fille qui t'aime si du! Enfin, ou s'y print si bin: ou m'dit tant qu'nou y'avait dit qu'y'ethait eunne Band a joué d'la musique Solenelle; que hardi d'monde de chapelle 'taient pour y'être ou m'teurtilyi si bein, que sans m'douté de ch'qué j'ristchais, j'finit par consenti, a condition qui n'tchisse pas d'plyie.

1913: How Mother Payn Gets into Trouble

 How Mother Payn Gets into Trouble


Ch'est eunne grande bénédiction que l'Esté sét v'nu. Nou peut au mains, a ch't'heu, sorti l'sé, s'proumné sus l'front, vaie rentré les stimeurs allé sus l'Parc, et marchi up-an-down la rue d'drièthe. Ch'n'est pas que j'tienne, pour mé mème, grâce a djeu, a ches frivolitées la qui n'ont qu'un temps; mais ch'est a cause de m'n'èsfant que j'sis contente de r'vaie v'nus les bieaux jours. Oul a trop souvent l's'esprits bas, m'n'èsfant; ou rumine trop sans soufflié mot, s'n'ou n'y prend garde. et chès drin, oul a print a resté des dem-y-heuthes de temps èstravlée sus l'sofa, a chuchi san ponchi ou a faithe des noeuds dans la carre de san mouochet. N'y'a qu'déhors, au grand air, parmi l'bri et l'animation qu'ou roublyi d'ruminé.


Ch'que nou vé dans les rues, les gens qui passent, les tchans qui s'font èscrâzé, les gens qui s'droquent dans la cauchie, les p'tites filles qui s'trébuquent sus d'la pé d'orange, les garçons qui s'font èsmaglyi ente deux vans - n'y'a qu'ditet qui semblye èsmotchi un mio ma Lonore.

Sunday, 18 July 2021

1912: Higher Wages All Round - and the Result!

Higher Wages All Round - and the Result!


Ch'fut là un divers bouan sermon que l'pasteur Walteur prèchi a sa congregation Dimanche au sé. Je n'le oui pon d'mé mème - j'ai l'ouothelle un mio duthe a l'angliais - mais ch'fut Lonôre - n'en v'la ieunne qui peut vos l'bargouèchi, l'angliais - qui m'lut l'article de la gazette, Lundi matin. J'vos r'quémande ch't'articl'ye la.


Moussieu Walteur est d'avis que l'temps est v'nu ou-ès qu'tout l'monde dev'thait avé lus gages hauchis. Hoorée! J'en sis!


"Touos nos miyeu jeunnes gens s'en vont hort pays," qui dit; "et bétot y n'nos réstétha qu'du peltas," qui dit.


Ch'est bin pâslé, chenna!


J'sis tout s fait de s'n'avis. J'disais justement a Laïzé, l'aut sé, en mettant du chucre dans man verre caud, j'lis disais: Par les temps qui couothent, nou n'sétha bétout pus d'tchi bord touôné pour trouvé des galants ès filles qui restent: touôs les garcons fichent le camp. J'sis pas en peine qu'y'ait des gens qui disent que si nou hauche les gages, faudra après hauchi l'prix d'la marchandise! J'sais bin qu'y'a des gens qui disent que si nou hauche les gages de cordounniers, des tcherpentchiers, des boulagiers, l'prix du pain, des bottes, et de tout hauchitha, et qu'les travailleurs ethont ieux même a payi la renchiethe. Mais tchès qu'il en est? Si, après avé hauchi les gages "all round," l'prix de tout, pain, viande, bottes, etc., hauche! eh bin! nou r'hauch'cha oquo eunne fais les gages. et quand les gages éthont 'tait r'hauchis, et qu'pour se rattrapé les boutitchères r'hauchent le prix d'lus marchandise, eh bin! je r'sétha l'tou ès travailleurs d'avé lus gages hauchis!