Wednesday, 31 August 2022

1970: La Bouanne 'Jersey Weekly Post'!

 La Bouanne 'Jersey Weekly Post'!


San Antonio, Texas. U.S.A.

Lé 3 d'janvyi, 1970.


Moussieu l'Rédacteu,


J'veins d'èrchéver la gâzette du vîngt d'novembre. Comme j'l'ai mentionné d'vant, ch'est tréjous jour dé fête quand oulle arrive. Ch'est des nouvelles dé Jèrri et des Jèrriais pour un Jèrriais exilé! J'attendais chette-chîn împatiemment pour vaie tch'est tch'avait gangni l'êlection pour Sénateu, et tch'est tch'était les gangnants à l'Eisteddfod. Quant à l'êlection, j'tais surprîns d'vaie l'Sieur Shenton à la tête dé tous. V'la tchi montre, à m'n idée, qué l'monde craient tch'i' y'a bésoin d'nouvieaux membres dans L's Êtats. Dans chu cas-'chîn, j'espéthe qué l'Sénateu a dans l'idée d'èrprésenter tout l'monde et qu'san d'si d'êt' dans L's Êtats n'est pon seulement pour s'èrbînfrer contre les cheins tchi n'voulaient pon l'laîssi vendre sa maîson, car ch'est seulement d'pis ch't êvènement-là tch'i' s'est întérêssi dans la politique! Enfîn, j'lî souhaite bouanne chance et eune carriéthe heutheuse dans L's Êtats pour lî-mème et profitabl'ye pour l'Île.


J'ai envie d'vaie tch'est tch'a gagni l's êlections pour Députés, mais i' faudra eune aut' trais s'maines dévant l'arrivée d'la gâzette tchi montrétha chu rêsultat-là.

Thursday, 4 August 2022

1916: Hay box cookery no success

 


Hay box cookery no success

 

Not' "'appy 'ome" est tout à fait chen-d'sus-d'sous. Pépée a capuchi sus mémée; la maintchi d'not vaisselle est en brédelles; ma canarienne est morte de peux, et je n'pûmes pas allé à la chapelle Dimanche viyant qu'mémée avait un rouoge "black-eye" sus l'menton; tandi qu'mé, j'avais l's yeux enfliées par avé plieuthé d'vaie mes chièrs pathents s'ent' nâdji.

Faut que j'vos dise l'affaithe des l'c'menchment. Coumme nou sait, tout a divérsement renchiéthi, et l'allouange que pépée nos dounne, touos les Sam'dis, pour la s'maine, n'peut pus suffithe à tout; quand tout 'tait payi, i' n'restait quazi rin pour les Bouonnes Oeuvres a mémée, et l'pasteur en avait fait la r'merque deus-trés fais.

L'affaithe en 'tait là, et mother ne savait sus tchi pid dansé (monniéthe de pâslé, car mother n'a jommais 'té portée pour cheunna), quand un jour ou r'vint d'sa Mothers' Union d'eunne diverse bouonne humeu en chantûsant "Now we shan't be long." Le lend'main matin, quand pépée fut hort à san travas et qu'les vaissieaux fûtes erpathés, la v'la qui s'en va a-haut, au galtas, et bétôt r'descend en trainant eunne grand casse - la casse dans tchi m'n'onclye Phlip nos rapportait du héthan quand il allait à la côte.

Monday, 1 August 2022

1949: Merrienne on Pensions

Merrienne on Pensions

She wants one too

Moussieu l'Editeu

J'tiomes à distchuté, la Merrienne et mé, hier au sé chutte tchéstchon des pensions, et quand vint un temps ou m'dit comme chonna.

''Je ne comprends pas, mé, nos Etats. Un jour y distchutent pour prèsque toute la matinée une affaithe de rain du tout, épis l'préchain y votent des chents milles louis dans quatre ou chinq minutes. Absolûment, y n'sont pas ben dans la tête chais gens-là.''

''Tu n'comprends pas, bouonnefemme,'' j'l'y dit. ''L'affaithe des pensions ch'est une tchéstchon d'principe. Ch'n'est pas la somme tchi coute, mais l'principe de la chose.''

''Oh, quant à ch'la,'' ou raiponnit, ''tout ch'que j'ai à dithe ch'est qu'toutes les fais qu'un homme se met à pâslé d'ses principes, j'couors toute-d'suite mettre mes titheux à la clié et muchi ma bourse souos l'mat'nas. J'n'ai autchune doute que chu Hitleur et ch't'Italien taient d's'hommes de grand principe. Mais chen que j'veur savé ch'est pourtchi qu'un homme emplyié par l's'Etats éthait drouait à une pension pûs qu'un autre.''

"Lé Ph'lip Le Feuvre voudrait savé chonna étout," j'l'y dit, "mais y n'eut pas assez d'support dans l's'Etats. La piupart des membres taient en faveur d'la pension pour la seule raison qu'l'homme pâsse quatre-vingts et tch'y n'a pas assez pour vivre."

1981: Tchiques vielles couôteunmes

 Tchiques vielles couôteunmes

 

San Antonio,

Texas, U.S.

Lé 14 dé novembre, 1981

 

Moussieu l'Rédacteu,

 

Lé fait qué l'traîsième jeudi d'chu mais est un jour dé fête ichîn en Améthique, lé “Thanksgiving Day” d'châque année mîns d'côté pour èrmèrcier l'Bouân Dgieu pour touos Ses beinfaits, mé fait penser ès vielles couôteunmes tch'avaient lieu en Jèrri dans les difféthentes saîsons d'l'année dans l'temps jadis. Y'en avait tch'étaient acouo en allant quand j'tais mousse. Sans doute, i' n'y'avait pon fort dé divèrtissement dans chu temps-là - pas d'radio, ni d'télévîsion, ni d'motos, ni d'beusses pour vouos porter en ville ou hors pâraisse touos les jours. Y'en avait ieune lé sanm'di seulement pour aller en ville quand jé d'meuthais à La Forge siez Papa en 1900. I' fallait don aver tchique divèrtissement d'temps en temps pour rêvilyi un mio l'ennion d'la vie d'touos les jours, et les saîsons et jours dé fête 'taient bein à propos pour joui des couôteunmes tch'avaient sans doute existé dé touos vièrs temps.

 

Y'a un vièr diton tchi nouos dit “Mardi Gras, fait des crêpes et t'en éthas!” La faîth'thie d'crêpes est eune bein vielle tradition. Ou pouvez vaie eune èrchette pour ches crêpes dans l'Bulletîn d'Quart d'An d'L'Assembliée d'Jèrriais du r'nouvé d'1957, tch'est dans l'preunmié voleunme. La mémouaithe dé ches bouannes crêpes mé fait l'ieau v'nîn à la bouoche, car jé l's aimaient bein et j'tais tréjous content quand Manman en faîsait.

 

Thursday, 21 July 2022

1976: Tchi changements!

 Tchi changements!

 

Le Ménage ès Feuvres

St. Ouën

Lé 17 dé juilet, 1976

 

Moussieu l'Rédacteu

 

Nou vait bein, en faîsant c'mîn l'tou d'L'Êta et des p'tites vallées ichîn et là, qué ch'est l'tourisme tch'en gângne. L'temps pâssé touos les côtis 'taient tchultivés et ch'tait mangnifique dé vaie touos les p'tits clios en pente couvèrts dé rangies d'vîngnes dé patates dévant la dêfouithie. À ch't heu i' sont à paître ès coucous. Sans doute, nou n'pouvait pon y mett' la tchéthue. I' fallait les foui et les plianter à la bêque et les dêfoui à la frouque. I' n'y a pus d'main d'œuvre pour faithe d'ité dû travas.

 

Quand j'vai dans la gâzette qué l's ouvrièrs dé tel et tel maîson d'conmèrce sont en grève viyant tch'i' n'gângnent qu'entre trente ou quarante louis la s'maine, et qu'tchique chef dé sŷndicat s'est mîns dans la tête tch'i' dév'thaient en aver chînquante, v'la tchi m'fait penser ès vielles gens tchi gângnaient lus vie trantchilement à labouother la tèrre, foui les côtis à la bêque et les dêfoui à la frouque. Un bouan foueux pouvait foui dans les chînq pèrques dans sa journée dans l'clios – probabliément mains dans l'côti mais sans doute les clios 'taient généralement fouis à la tchéthue. Quand v'nait la dêfouithie un bouan dêfoueux pouvait dêfoui dépis vîngt-chînq à trente pèrques par jour à la frouque.

 

I' travaillaient dû dans chu temps-là et 'taient contents d'lus sort. I' n'avaient pon d'chefs dé sŷndicats à lus sûfflioter à l'ouothelle tch'i' dév'thaient prendre avantage du fait qué les prix des patates s'en aller d'valer iun d'ches jours et qué l'temps 'tait propice pour sé mett' en grève pour pus d'gages.

 

1976: Lé r'miède

 Lé r'miède

 

Le Ménage ès Feuvres

St Ouën

Lé 10 d'juilet, 1976

 

Moussieu l'Rédacteu,

 

I' y'a tant d'choses tchi s'pâssent dans l'monde ches jours qué nou sé d'mande si ch'est l'c'menchement d'la fîn du monde tchi nouos arrive. L's Êvangelistes et cèrtaines congrégâtions d'gens r'ligieux nouos disent qué oui. I' bâsent lus affirmâtion sus l'texte d'la Bibl'ye tchi nouos dit, dans l'huitième vèrset du treizième chapitre dé L'Êvangile sélon St. Mar, "Car une nation s'élêvera contre une autre nation, et un royaume contre un autre royaume : et il y aura des tremblements de terre en divers lieux, et des famines et des troubles : et des choses ne seront que des commencements de douleurs."

 

Ch'est vrai qu'tout ch'là s'pâsse. Mais v'la tchi veurt-i' dithe qué la fîn du monde appréche? En Améthique, les expèrts en scienche vouos dithont qu'ch'est du niolîn et qu'la fin d'nouot' monde veindra quand j'éthons êpuisé les mouoyens d'y vivre par empouaîsonnement d'l'atmosphéthe et l'agrandissement d'la populâtion au point tch'i s'sa împossibl'ye dé la nouorri. Et y'en a d'ieux tchi craient tch'i s'sa possibl'ye d'émigrer d'chutte plianète à eune autre. Ch'est pour ch'la tch'i' sont à dêpenser tant d'sou pour explorer les plianètes dans l'espace. Tout naturellement les cheins d'opinnion contraithe disent tch'i' sont fos, les cheins tchi craient d'ité. Ch'est assez r'mèrquabl'ye qué, dans l'Dictionnaithe Jèrriais, lé Docteu Fraînque Le Maistre nous dit, sous l'mot "s'êpuiser", qué "la tèrre s'êpuise si nou n'y met pon d'graisse". Si ch'la peut s'arriver dans les clios est-ch' fo d'penser qu'eune trop grande populâtion peut faithe la même chose à eune plianète.

 

La chose tchi m' gêne à ch't heu est tchi faithe pour arrêter la mauvaîtchi tchi troubl'ye la vie d'nouos jours. La profanation du grand autel dans l'Églyise dé St. Hélyi dreinement, par exempl'ye, et l'saccage dé tombieaux dans l'chînm'tchiéthe de St Brélade l'année pâssée et l'vol des sou dans les bouaîtes dans l's églyises. Les malfaiteurs tchi font d'ité sacrilège daivent êt' dêrangis d'esprit. I' n'ont autchun respé pour Dgieu ni dgiâbl'ye et dév'thaient êt' mîns à l'Âsile. Quand ch'est des mousses, la peunnition tch'il' attrapent dans la "Juvenile Court" né pathaît pon l's arrêter. I' m'sembl'ye qué si nou lus donnait la baïette et faithe lus pathents payi pour les d'gâts, v'la tchi les peunnithait comme i' faut, car v'la tchi f'thait les pathents les seurvilyi eune fais qué v'la tchi les f'thait dêbourser des sou.

 

Monday, 18 July 2022

LES FEÉS À SAINT BRÉLADE

 Eune pièche dé thiâtre (date à confirmer)

A play (date to be confirmed)

 

 

LES FEÉS À SAINT BRÉLADE


A

DRAMATIC PAGEANT

by

WINTER DUTÔT

and

PHILIP AHIER

 

  

LES FEÉS À SAINT BRÉLADE

Date, ENTRE LES ANNEES A.D. 1000 et A.D. 1100

 

Scene:- DANS L'MITAN D'LA COURBE D'LA BAI D'SAINT BRÉLADE, LA MATHEÉ MONTE DOUCHEMENT ET NOUS-Z-ENTEND LES LOUÊMES JOUÉ SUS LA GALICHE!

____________________

ENTRE, L'ABBÉ DÉ SAINT SAUVEUR-DU-VICONTE, un prêtre, et RAOUL DÉ-SOTTEVAST un propriétaithe à Saint Brêlade

___________________

ABBÉ:             Ah! Mon Seignieur, Après un terryible et rude passage sus la mé, j'avons à la fin arrivé dans vôtre magnifique petite île dans Saint Helyi à chutte belle pièche ichin, p'taitre la pus belle en jerri, j'nos sommes apperchus t'chi yia bien des chapel's avec des crouaix, t'chons tait bâtis à la gloyèthe du Bouan Djieu, et o'quo ou voudraites bâti un autre edifice sacreé quand ou-z-avais deja une p'tite chapel dans chu beaux p'tit coin ichin d'la baie.

DE SOTTEVAST:        Oeu d'jia! Mon Seignièur l'Abbé, il est bien vrai qué la p'tite chapel de charité a tait la pour bien d'-z'-années, et, il est dit qué ch'tait y'uin d'mes anchaître tchî la bâti, mais oulle est troop p'tite acheteu, car la population d'la Baie oguemente à m'-z'-uthe et contineura à Aguementé y'-n'y'a pas d'donte.

ABBE:             Arraitais! tchéque ou-z-taites à m'dithe antouare une chapel?

DE SOTTEVAST:        Et bien monsieur y'peut vos semblyait drôle, mais quand la communion est servie, la chapel est si p'tite, qui faut allé qué ch'es'sait à la chapel dé Saint Barbara à la Moié où bien au Prieuré à la Moié où bien au Prieuré à Nier Mont i-m'-semblyé tchi nos faudrai un pus grande édifice.

ABBE:             Ah! Mon Seigneur Sottevast, Ch'est bien pus louablye et méthitablye dé bâti un bâtisse grand assais pour pouvé loué l'Bon Djieu dé-dans, qué d'en abâtre y'iunne. Dites-mé étout tchéque vos bordiers font ichin à londgeur d'année.

DE SOTTEVAST:        y t'chultive la terre dans les côtils là, et sus l'pliat terrain en d'sus des monts là, y-vont à la paique et tou et ramasse lus vie d'même.

ABBE:             Ah! J'comprends ach'teu!- La Chapel des Pêtcheurs. Et viyant qué touos vos gens né peuvent pas entré dans la p'tite chapel de la Charité ou-z-éthaites idée d'ans bâti une pus grande, pour pouvé accomodé touos vos gens!

DE SOTTEVAST:        Ou-z-avais d'viné bien chutte fais, Man Seignieur ch'nest pas que j'veurs faithe autchune distinction entre les pêtcheurs et les tchultivateurs de la terre, quoique j'sis lus Seigneur et yi sont mes t'nants et j'conte qué j'sommes touos égaus à la veux du Bon-Dgieu.

ABBE:             Vôtre d'sir essa accordé. Car v'la né m'étounerai pas qué les moines dé Niermont n'aime pon fort à avé lus dévotions interrompées par vos pêtcheurs et vos tchultivateurs de terre. Et une autre chose, les vielles gens! Ch'est bien trop lien pour yieux à marchi jusqu'a l'Eglisse dé Saint Barbara, surrtout quand y t'chait d'la plie et tchi fait grand frai, j'aimthais faithe une suggession qu'ou d'mandraites à vos t'nants dé choisi l'empiechement pour bâti la neûve église. Et viyant qu'ou z'allais dans la Normandie d'temps en temps, chais yieux tchi la f'thout servi de t'chulte pus souvent qu'vous, mais d'vant qué vos t'nants et vous-mème choisient l'empièchment mes successeurs et mé-mème appointeront un tchuré et y'm'paithonts 48 quartchiers de froment et un chasuble. Nos avocâts arrangethonts les contrâs et vos l'z-enviethonts en bouan temps, La. 'J'men vais achteu, et j'vos laisse avec lé prètre qué j'ai dèja choisi.

1967: La Nouvelle Année

 La Nouvelle Année

San Antonio, Texas

USA

Lé 30 dézembre, 1967

Moussieu l'Rédacteu,

Né v'chîn la nouvelle année tch'appraiche, et des vièrs comme mé sont tréjous r'connaîssants qué L'Bon Dgieu lus pèrmet d'en r'vaie acouo ieune ! La vie est eune aventuthe si întérêssante qué nou vit tréjous en espéthance. Quand nou-s-est pus près d'huiptante qué d'septante, nou-s-apprécyie d'autant pus la préchaine qué nou-s-a la chance dé vaie !

Ch't' année n'a pon 'té pus heutheuses pour l'Améthique. Y'a ieu du deu dans bein des maisons à cause dé la dgèrre du Viet-Nam, et i' n'pathaît pon y'aver d'fîn en veue. Et j'avons des p'tites dgèrres ichîn et là dans l'pays à cause des bastaudes et d's escarmouches entre l's Améthitchains d'souche Afritchaine et la police. Lé gouvèrnément a passé des louais pour asseûther l'amendement du sort dé la vie des gens d'couleu, et lus donner l'opporteunnité d'lus dêhaler et d'aveindre lé même nivé d'prospéthité joui par lus bliancs fréthes. Malheutheusement, ches louais-là n'ont pon 'couo ieu l'êffet voulu. V'là tchi prend du temps, et comme nouos l'dit l'vièr diton Jèrriais. ''V'là tchi n'fait pon grand êffet qué d'env'yer d'l'ieau à la mé !'', et ch'est à bein prés ch't êffet-là qu'les privilèges tch'il' accordent sont dêjà garantis par eune ''Constitution'' fédérale tchi prêche eune évangile d'êgalité pour touos ses citouoyens ! L'affaithe n'amende pon vite assez pour pliaithe ès gens couleuthés, et les politiciens n'amendement pon l'affaithe quand i' promettent des choses tch'i' n'peuvent pon faithe – pour l'amour d'aver des vouaix à la préchaine élection !

1973: Jèrri Jadis

 Jèrri Jadis

 


Le Ménage ès Feuvres,

St Ouen

Le 13 d'octobre, 1973

 

Moussieu l'Rédacteu,

 

Né v'là don man livre, "Jèrri Jadis" publiyé et sus l'marchi. I' peut êt' acaté à la boutique à livres Lexicon nunmétho septante-deux dans la rue "King Street" en ville, et y'a mème un moussieu tch'a un bieau vièr nom Jèrriais, Aspliet (Asplet) dans chutte boutique-là tchi peut vouos sèrvi. Nou n'en trouve pon fort à ch't heu, d'gens auve des vrais nom Jèrriais, à sèrvi dans les boutiques en ville.

 

Un homme me disait l'aut' jour: "Ou d'vez êt' riches vous et l'Sieur Le Maistre, à écrithe et vendre des livres". Mais ch'n'est pon l'cas - j'n'en r'chévons pon un sou. Man livre est publiyé par lé Don Balleine Trust tch'a publiyé l'fanmeux Dictionnaithe Jèrriais-Français du Docteu Fraînque Le Maistre, et pus dreinement lé "English-Jersey Language Vocabulary" composé par lé Docteu Albert L. Carré en collaborâtion auve lé Docteu L'Maistre et l'Député Philip M. De Veulle. V'la tchi veurt dithe qué ch'n'est pon l's auteurs tchi r'chévent les sou pour la vente des livres. Ch'est l'Don Balleine Trust tchi subit les frais d'publicâtion – des frais tch'i' faudrait êt' riches pour pouver les payi sé-mème, et ch'est tout naturel qué l'"Trust" èrchéve lé produit d'la vente. La publicâtion d'un livre couôte ênormément ches jours.

 

Ou-s-allez sans doute trouver tchiques èrreurs dans l'livre. Nou-s-a bieau êprouver à les vaie en corrigeant l's êpreuves, nou-s-en manqué tréjous tchich'eunes, mais comme j'l'ai souvent dit l'chein tchi n'a janmais fait d'èrreurs n'a janmais êprouvé à faithe grand' chose.

 

Monday, 27 June 2022

1979: La R'ligion

 La R'ligion

Le Ménage ès Feuvres,

St. Ouën

 

Lé 21 dé juilet, 1979

Moussieu l'Rédacteu,

En liêsant les "Tableaux Historiques de la Civilisation à Jersey" par John Patriarche Ahier, j'vai, dans san "Tableau" au sujet dé l'organnisâtion rèligieuse, qu'à la maîntchi du dgiex-neuvième siècl'ye (san livre fut publié en 1852) y'avait tchînze mille "sectes dissidentes" en Jèrri – ch'est à dithe des gens tchi n'fréquentaient pon l'Eglyise Anglyicanne. Les tchînze mille 'taient: 6,580 Catholiques Romains – Français et Irlandais; 4,500 Méthodistes et Calvinnistes, 3,920 Israëlites, Mormons, Quakers, Swiedembergistes, Vrais Croyans, Baptistes etc.

Ché s'sait întérêssant d'vaie combein tch'i' y'a d'ches sectes-là au jour d'aniet. Jé n'sai pon tch'est tch'était les "Vrais Croyans" mentionnés par l'auteur Ahier dans san Tableau. I' faut penser tch'il 'tait li-même membre dé ieune des "sectes dissidents" car dans san Tableau i' prétend qué ché n'tait pon juste tch'i' fallait qué les dissidents aîdgîssent à maint'nîn l's églyises Anglyicannes en payant des dgiêmes ès minnistres. I' pathaît qué trais-quarts dé la populâtion d'chu temps-là 'taient Anglyicans, "parmi lesquels se trouve les plus riches propriétaires" nouos dit l'auteur Ahier.

San doute la populâtion d'au jour d'aniet est bein pus nombreuse qu'ou n'l'était en mil huit chent chînquante. Lé Sieur Ahier n'tait pon fort hors d'la vaie quand i' mentionne les dissidents comme étant tchînze mille, et l's Anglyicans trais-quarts dé la populâtion, tchi nouos donne un total dé souoxante mille, car La Chronologie d'Jèrri par l'Avocat Edmund Toulmin Nicolle et Ralph Mollet donne la populâtion d'Jèrri en 1851 comme étant 57,020. En 1901, chînquante ans pus tard, oulle 'tait 52,636.

I' m'sembl'ye tch'i' y'avait pus d'enthousiasme pour la r'ligion dans chu temps-là tch'i' n'y'a d'nouos jours. Un tas d'nouos chapelles sont freunmées, et il a 'té tchestchion d'freunmer d's églyises étout et l'nombre d'minnistres pour Jèrri a 'té raptichi. Heutheusement qu'les congrégâtions d's églyises dé St James, St Simon et St Matchi lus sont r'bînfrés contre l'idée d'êt' freunmées. 

1976: La Nouôrrituthe dé l'âme

 La Nouôrrituthe dé l'âme

 

L'Abbaye de La Lucerne

en Normandie

Lé 21 d'août, 1976

Moussieu l'Rédacteu,

 

Quand j'tais mousse dans l'Êcole du Dînmanche dé St Georges à St Ouën y'a quâsi huiptante ans, lé prix dans la classe des p'tits à la fîn d'la preunmiéthe année 'tait La Litourgie d'l'Églyise. À la fîn d'la deuxième année ch'tait eune bibl'ye. Quand v'nait la traîsième année, nouos pathents nouos disaient tch'l'fallait d'mander pour un livre d'priéthe tch'avait nom "La Nourriture de l'Ame". Ch'tait un livre qué l's anciens aimaient hardi, et y'en avait iun dans bein des mênages du temps pâssé. Manman soulait liéthe des priéthes dé d'dans, en haut, touos les jours et quand y'avait des décès dans l'vaîthinné j'm'èrsouveins d'ieune qu'ou r'citait tréjous. Les mots, autant comme j'peux m'en r'souv'nîn 'taient:-

 

"Adieu mes très chers parens, mes amis précieux:

Je monte à notre Dieu, je monte à notre Père.

Mes combats sont finis: je sors de la misère,

Et j'échange aujourd'hui la terre pour les cieux."

 

Lé fait qué l'décédé n'était pon pathent né faîthait pon d'difféthence car l'v'nait dans la catégorie d' "ami précieux".

 

J'ai souvent ouï du monde dithe qué nou n'gângne rein d'prier pour les morts, mais lé fait qué Manman l'faîthait m'fait penser qué ch'tait p't-êt' eune vielle couôteuneme dé l'Églyise tchi n'avait pon 'té absolûment êffachie par lé Calvinisme.

 

Eh bein, ichîn en Nouormandie, l'Abbaye dé La Lucèrne est eune vrai "Nouôrrituthe dé l'âme". Et ches jours qué la tendence est dé prendre avantage dé touos les mouoyens tchi donnent l'aise et l'pliaisi au corps, lé bésoin d'nouôrri l'âme en est d'autant pus nécessaithe viyant qué l'vrais bonheu n'est pon possibl'ye si l'âme (ou l'esprit — tch'est la mème chose) est troubliée.