Saturday, 4 July 2015

Quand l'caud solé veint scoltchi par siez mé

Né v'chîn la poésie d'aniet, tch'appathaît ichîn pouor la preunmié fais, d'not' auteu du mais, Geraint Jennings:

Here's today's previously unpublished poem by our author of the month, Geraint Jennings:

Quand l'caud solé veint scoltchi par siez mé
à êpier entre les lattes des vénitiennes,
à paûtrîndgi ma pé auve ses jaunes dés,
ch't affronté voudrait m'chuchoter les dreines:

i' veint contepéter chein qu'nou fait ès grèves;
des hardelles tchi jopîntent en bikinis;
les cheins tchi lus graiethont d'jouaie d'vant qu'i' s'lèvent;
les vaîthîns tchi sont entre-enmouothachis.

Friday, 3 July 2015

Remembering the 4th of July... - English and Drama blog

Remembering the 4th of July... - English and Drama blog
Tomorrow sees the anniversary of the now world famous boat trip on the River Thames in Oxford, when the Reverend Charles Lutwidge Dodgson, a mathematics don at Oxford University, rowed up the river with the three young daughters of the University’s Vice-Chancellor. The middle child was Alice Liddell, then aged ten. - See more at: http://britishlibrary.typepad.co.uk/english-and-drama/2015/07/remembering-the-4th-of-july.html#sthash.SFQlDO4B.dpuf

La Pédal'lie en Ville - Town Cycling

Hièr au sé y'eut eune grande course dé pédal'lie l'tou d'la Ville pouor les Gammes des Îles:

Yesterday evening the Town Criterium cycling race took place as part of the Island Games:







La Ville

Né v'chîn la poésie d'aniet, tch'appathaît ichîn pouor la preunmié fais, d'not' auteu du mais, Geraint Jennings:

Here's today's previously unpublished poem by our author of the month, Geraint Jennings:

La Ville
Souos les remparts, ahonmardée et bâsse
dans la bliâse et brousse, la Belle dort à s'n aise;
les muthâles lus rêvilyent, la Ville s'accliâsse -
la belle est endormie, chutte belle Villaise.

Thursday, 2 July 2015

1958: Merrienne souffre - Merrienne suffers

Merrienne souffre
Et Ph'lip étout.
Moussieu l'Editeu,

"Oh, grand doux," s'fit la Merrienne, hier au sé, "tchi temps, man pouôre Ph'lip. Nou qu'menche à s'en lâssé. Quand à mé, je n'vaut pas quatre sous. Une mauvaise suée d'fraid, épis des rhoumatices dans touos les membres; ch'n'est pas êtonnant si j'me trouve avec les ésprits bas chais jours. Et je n's'y pas la seule. Dans l'poulaillyi les poules et les pouléttes sont accroupies dans un coin, et ne v'là bétôt une semaine que j'n'ai pas yeu un oeu."

"Ch'n'est pas êtonnant," j'l'y dit. "Une poule ou poulétte tchi voudrait prendre la peine de pondre de s'sait pas natuthélle. Et ch'est la même chose avec nos vaques. Jour après jour, chein tchi donnent diminue, et si chonna continue, ch'ne s'sa pas la peine de les traithe."

Lé Conmité

Né v'chîn la poésie d'aniet, tch'appathaît ichîn pouor la preunmié fais, d'not' auteu du mais, Geraint Jennings:

Here's today's previously unpublished poem by our author of the month, Geraint Jennings:

Lé Conmité
Lé tou d'la tabl'ye les grôsses grises têtes cahuchent;
lé pouor et l'contre êchangis d'bort' en aut';
les ardguments - des coutchieaux qu'nou-s'adguche
pouor sâbrer toutes les tchestchions, bâsses ou hautes.

Wednesday, 1 July 2015

1947: Ph'lip and Merrienne Discuss Insular Affairs

En 1947 dans la gâzette du matîn, Ph'lippe et Merrienne 'taient gênés par tant d'bâtithie sus des clios:

In 1947 in the Morning News, Ph'lip and Merrienne were worried about so much building on fields:

Ph'lip and Merrienne Discuss Insular Affairs
Moussieu l'Editeu,

La Merrienne et mé j'sommes d'accord que si y'a dans l's'Etats un homme tch'y dait être félicité ch'est l'Juge Le Mâsuthi.

Mardi pâssé y se l'vit dans la Chambre pour faithe un protêt contre les grôsses sommes d'mandées par certains Comités pour des travaux et des dêpenses inutiles. Y n'eut pas d'peux d'lûs dithe à chais mêssieux que chen tch'y cherchaient à faithe ch'tait ruiné l'Ile et nos mettre tous souos l'fou.

La Merrienne, tch'y n'a jamais tait pour dêpensé (de tchi qu'j'en ai souffert ben des fais et en souffre acquo), n'a pas tant d'peûx ach'teu de s'vais à l'hopita sûs ses viers jours. Et oulle est ben ordguilleuse que ch'est un Saint-Ouennais tch'est là pour sauvé la situation.

Changement d'habits, changement d'opinions



Dans ma qu'minsolle emmitouflè,
J'fu' dans l'gardin, dans l'mais d'Janvi,
Qu'si d'la caboche et du pouothèt
Et vaie si j'trov'thais du persi.
J'me r'souvenin bein que j'grenottais,
Les fielles 'taient couvertes d'gliaichon;
J'avais l'ongl'yie au bu des daigts -
Et d'mauvais halître au moton.
L'triste solei' n'parvenait pas
A fondre la glace sus l's'êpions;
Des rangies d'candelles, pointe en bas,
Pendaient du lièf, des nos, des pliombs.
J'groumachais raidde à man tout seu
Sus gliaichon, nè et mauvais temps,
Et j'aspithais pour la chaleu
En m'en rallant vite pardedans.....
Mais anniet, l'jour de St. Swithin,
A grapins suos l'lièf d'un soyi,
Je pilais l'fain du grand gardin,
Et, jusant man corset, mouoill'yi
D'la sueu' qui m'boulait d'par tout l'corps,
Je r'aspithais pour du gliaichon!
Ou m'dithez p't'être bein qu'j'avais tort,
Mais j'ai suè tant que j'ne l'crait pon!

Souos l'êdrédon

L'auteu du mais: châque mais en 2015 j'allons bliodgi des textes d'un auteu Jèrriais. Not' auteu du mais d'Juilet est Geraint Jennings; ches poésies-chîn ont 'té composées en 2015 et i' sont publiées ichîn pour la preunmié fais.

Author of the month: each month in 2015, we'll be blogging texts by a Jèrriais author. Our author for the month of July is Geraint Jennings; all of this month's poems have been written in 2015 and this is their first publication.

Souos l'êdrédon
Au liet souos l'êdrédon, j'sis plianté dans man clios;
les réchinnes au lîncheu, les j'tons à l'ouothilyi -
entèrré ou à fliot, êtrav'lé sus man dos
sus des louêmes en ouadinne, j'm'accliâsse en freunmant l'yi.

Tuesday, 30 June 2015

1953: Y fait trop caud - It's too hot

En 1953 Merrienne d'mandit pouortchi qu'nou n'pouvait pon gouvèrner l'temps:

In 1953 Merrienne asked why the weather couldn't be controlled:

Y fait trop caud
Quand, voulant me r'pôsé pour tchiques minutes, j'entrit dans la tchuîsine Mêcrédi arlevée, j'trouvit la Merrienne tout san long sûs l'sofa, toute êpuisée.

"Tchèsque tu'as bouonnefemme?" j'l'y d'mandit; "ès-tu malade?"

"Oui," ou raiponnit, "épis bein malade. Si chutte chaleu ichin continue pûs longtemps, je n'crais pas vraiement que j'pouôrrai l'enduthé. J'tais prête à m'êvanni quand j'me s'y minse ichin, et même ach'teu j'ai bein d'la peine à réspithé. Donne-mé un vêrre d'iau, Ph'lip, j't'en prie, car j'ai une sé abominablye."

J'm'en fut à la pompe avec une canne, et oulle en avalit une bouonne pinte d'vant r'mettre le vêrre bas. "Oh," ou dit, "chonna m'a fait du bein, mais je m'trouve ocquo hardi faillyi. Si v'nait seulement une p'tite brîse, mais n'y'a pas un brin d'vant, et je crai qu'j'avons d'l'orage car la catte s'est mûchie souos l'armouaithe après avé couothu ichin et là comme une folle, et j'ai une drôle de sensation dans l'estomac, comme s'il avait touôné chen-d'sûs-d'sous."

1961: Merrienne et la chaleu - Merrienne and the heat

En 1961, Merrienne 'tait trop respectabl'ye pouor haler un cotillon:

In 1961, Merrienne was too respectable to remove a petticoat:


Merrienne et la chaleu
Ph'lip et un Magistrat
à Portinfé,
Saint Ou.

Moussieu l'Editeu,

Hélas, tchi vie siez nous chutte sémaine! Ch'est la chaleu tch'en est la cause, et par chein qu'nou-s-entend sûs l'radio, ou s'en va continuer ocquo pour tchiques jours. Dépis lûndi j'ai puthé d'sueu niet et jour, et mardi, dans l'arlevée, j'criyais vraiement que j'm'en allais suffotchi.

Mais, si j'souffrais, Moussieu, la Merrienne éthait deu souffri ocquo pûs, car mé, au mains, je n'avais rein sûs l'co que la qu'mince et une pather de brais, tandis que lyi, oulle avait trais ou quatre cotillons le long des jours et dé niet ou n'se couochait pas sans aver mint sa longue qu'mînsôle.

Des ros et un bachîn - Reeds and a bachîn


J'avons tchilyi des ros pouor faithe braithe les peîles en Sèr.

We've picked reeds ready for Sark Folk Festival where we'll be bachîn ringing and promoting Jèrriais.