Sunday, 23 November 2014

La Pihangne - the spider-crab

Pihangne a

La Pihangne

Nou fait la fête dans touos les restaurants;
nou-s'y bâfre et les restaurants en gângnent.
J'voudrais y mangi à man tchèr content:
j'aim'thais bein êpinnotchi eune pihangne.

Eune grande pliat'lée dé vliques, d'hîtres et d'chèrvettes,
épis eune bollée d'moûles et des baînis,
ofûche un mié-honmard et sus m'n assiette
étout: eune pihangne à êpinnotchi.

Y'en a tch'aiment d'la gâche ou du pain à l'âl;
tchi scâf'thaient eune sannouiche ou d'la pizza...
Mais chein tchi rêjouit l'pus d'tout, ouôth'en-châle,
est d'vaie eune pihangne qu'nou-s'êpinnoqu'tha.

Les changements sont en mode!

Ch't' articl'ye dé George d'La Forge dé 1967 allit auve l'aut' entouor les mêtchièrs dé fil'yes:

This 1967 George F. Le Feuvre article went with the other one about girls' trades:

Les changements sont en mode!

"Oublies-tu tan p'tit Jèrri quand tu'es 'chîn?", man fréthe Percy mé d'mandit l'aut' jour quand j'tions en c'mîn pour La Floride.

"Eh bein," j'lî dis, "Jé n'sis pon oublieux d'ma sorte, et j'n'ai pon 'couo mangi d's oubliettes! J'm'èrsouveins d'man traîsième annivèrsaithe dé jour dé naissance comme si ch'tait a ch't heu! J'tais sus les g'nouors à nouot' tante Ada L'Feuvre (1880-1910) dans la tchuîsinne a La Forge. Ou' v'nait d'mé laver les mains et la fache, et ou' m'dît: 'Tu'as trais ans aniet!' J'm'èrsouveins, étout, tch'i' tchiyait d'la plyie avèrse, et qué j'la viyais ruisseler ava les carrieaux d'la f'nêtre!

"Jé n'pouorrais sans doute pon t'dithe qué j'm'èrsouveins d'tout ch'tchi s'est passé dans ma vie d'pis chu jour-là. Il a passé gentiment dg'ieau l'tou d'La Corbiéthe dépis chu temps-là! Mais dé chein qué j'peux vaie l'tou d'nous ches jours, lé passage du temps n'a pon amendé la jouaie d'vivre. Ch'est vrai tch'i' y'a bein pus d'conforts par les c'mîns et qu'les gens gangnebt lus vie pus aîsiement, mais v'la tchi n'lus a pon enduèrchi l'caractéthe.

Saturday, 22 November 2014

À l'Eisteddfod




Thursday, 20 November 2014

I' faut êbauchi d'vant qué d'finni!

George d'La Forge êcrivit en 1968 entouor la couôtuth'thie du temps pâssé:

George F. Le Feuvre wrote in 1968 about the sewing-school time past:

I' faut êbauchi d'vant qué d'finni!

Où'est tch'est l'temps qu'les filles appranaient des vocations? J'vouos dîsais l'aut' sémaine qué quand j'tais mousse un garçon tchittait l'êcole à treize ans et allait en travas ou appranait eune vocation à mains tch'i' fûsse fis d'moussieu ou d'riches pathents. Eh bein, ch'tait d'mème pour les filles étout.

S'i' s'adonnait qu'eune fille dé grand' fanmile 'tait la grande des êfants nés dans chutte fanmile-là, y'avait des chances qu'ou restîsse siez-lyi auprès s'n êcollage pour aîdgi à sa m'mèe à souangne ses pus p'tits fréthes et soeurs. Oulle appranait à faithe lé mênage en mème temps, et y'a ieu bein des cas où'est qu'eune fille dé quatorze ou tchînze ans avait rempliaichi eune méthe décédée, et êlevé eune fanmile dé fréthes et soeurs en souangnant d'san p'pèe et d'un mênage! I' n'faut pon oublier tch'i' y'avait d'grand' fanmiles y'a septante et huiptante ans, et qu'les garçons et filles n'étaient pon piplottés comme i' sont à ch't heu.

D'la biéthe et du café - Beer and coffee

Les matinnées d'café et d'caqu'téthie continnuent les Jeudis siez Costa - mais tch'est qu'en est pouor les séthées, qu'nou démandent?

Coffee and chat mornings continue at Costa on Thursday mornings - but what about an evening session, those who can't make a morning session have asked?

Make a note: from Tuesday of next week, we're trying as an experiment to have a regular Tuesday early evening get-together at the newly-refurbished Adelphi in the Parade, Saint Helier. Buy your drink (high quality pub grub also available) and join the table with the toad for some relaxed Jèrriais - pick up some phrases or simply listen in. 5.30ish-6.30ish PM, drop in and leave as you want to, or stay longer.

Feel free to contact L'Office du Jèrriais for more details.






Wednesday, 19 November 2014

1968: Ch'est l'ventre tchi souôtcheint l'dos! (1)

George d'La Forge pâlit des fricots dans ch't' articl'ye en 1968:

George F. Le Feuvre wrote this gastronomic article in 1968:

Ch'est l'ventre tchi souôtcheint l'dos!
Nou-s-est supposés d'mangi bein mus ichîn en Améthique qué dans d'aut' pays - à l'exception p't êt' du Cannada, tch'est à côté d'nous et partie d'l'Améthique du Nord. J'ai quand-mème eune idée qu'ch'est comme dans bein d'aut' pays: Les riches mangent à gogo et les pauvres enhannent! I' n'dév'thait pon y'en aver dans un pays comme ch'tî'chîn, des pauvres, mais i' s'y'en trouve tout d'mème un tas. Et si j'mangeons si bein ch'est assez drôle qu'un tas d'nouos jannes hommes né peuvent pon passer l'docteu quand i' sont conscriptés pour êt' soudards!

Tuesday, 18 November 2014

La Bantchette

Monday, 17 November 2014

TGJ - GCSE

The TGJ (Jèrriais GCSE-equivalent exam) continues to be available, offering a qualification in Jersey's own language.

Next available exam sittings at end of next term; mocks can be sat by arrangement before then. Adult learners can take the exam when ready - practice papers are available; secondary school-age learners can be signed up for TGJ preparation.

Friday, 14 November 2014

1968: D'èrtou en Améthique - Back in America

Pan Am 727 (6060659026)George d'La Forge dêcrivit sa crouaîs'sie d'l'Atlantique en avion en 1968:

George F. Le Feuvre described his transatlantic flight in 1968:

D'èrtou en Améthique
Trenton, Michigan,
U.S.A.
Lé 23 d'novembre, 1968

Moussieu l'Rédacteu,

Chutte fais, ch'est d'Améthique qué j'sis à vouos êcrithe. Ch'est un fichu but d'Jèrri, mais j'sis siez man fréthe Fraînque et j'pâlons l'Jèrriais quand j'sommes touos seurs. I' m'sembl'ye qué les mais d'êté qué j'veins d'passer dans l'Île sont dêjà bein liain dans l'passé - comme si ch'tait un rêve et qué j'veins dé m'rêvilyi en Améthique!

Thursday, 13 November 2014

A Jerseyman visits speakeasies in 1920s Prohibition Detroit

Detroit police prohibitionQuand nou d'mande, "Pouortchi êtudier l'Jèrriais?" ieune des rêponses pôssibl'yes est qu'tant d'l'histouaithe et d'la tchultuthe dé Jèrri ont 'té êcrites et dêcrites raîque en Jèrriais. Mais nou peut liéthe tout coumme d's histouaithes des quat' carres du monde en Jèrriais étout. Né v'chîn ieune d's histouaithes les pus ravissantes en Jèrriais (m'est avis): George d'La Forge racontit en 1968 ses expéthiences dans la ville dé Dêtrait, Michigan, en Améthique duthant la Prohibition d'l'alcool ès années 1920s:

There are many reasons to read Jèrriais literature, but insights into the speakeasy culture and police corruption of Prohibition-era America probably don't figure highly in anyone's list of likely themes for Jèrriais writers. Nevertheless, in 1968 George F. Le Feuvre wrote this account of a tour of some of the speakeasies of 1920s Detroit in the company of a (French-speaking) police officer who was evidently in the pay of the bootleggers:

I' s'en fait d'toutes les sortes, sinon la bouanne!

...D's aubèrges fûdrent ouvèrtes à bein des bords dans des caves souos les grands bâtisses dans la ville. La porte d'la montée tch'y d'scendait 'tait dêdgîsée, et l's aubèrges mèmes avaient des portes en fé atout des p'tites lutchèrnes dé deux-s'trais pouces carrés à hauteu d'tête. Eune sentinelle 'tait en garde, et quand tchitchun tapait à la porte oulle ouvrait la lutchèrne pour vaie tch'est qué ch'tait. Comme dans l's aubèrges en Jèrri, ch'tait quâsi tréjous les mèmes bachouards tchi les hantaient, et si la sentinelle les connaîssait ou' les laissait entrer. Mais un êtrangi n'tait pon permîns d'entrer à mains tch'il eûsse un habitué à rêpondre pour li, car il éthait peut être un agent d'la police en habits du dînmanche, tchi n'avait pon ieu la patte graîssie!

Lillie Langtry

George d'La Forge êcrivit entouor Lillie Langtry en 1973:

En passant...
Le Ménage ès Feuvres,
St. Ouën.

Lé 23 d'juîn, 1973

Moussieu l'Rédacteu,

Comme j'èrgardais la belle tête en marbre dé nouot' fanmeuse Lillie Langtry sus sa tombe dans l'chînmtchiéthe dé l'églyise dé St. Sauveux l'aut' jour, i' m'vîns à l'idée comment qu'oulle 'tait fanmeuse partout l'monde, pon seulement ichîn (où'est qu'ou fut née l'treize d'octobre, 1853) mais en Angliétèrre et en Améthique.

J'allis vaie l'film "The Life and Times of Judge Roy Bean" à San Antonio, Texas, viyant qué j'savais bein qué l'compliot 'tait entouorre l'admithâtion du Juge Bean pour Lillie Langtry ouaithe tch'i' n'eut janmais l'bonheu d'la vaie. J'viyais dans l's annonces dans la gâzette des preunmié jours dé mai tch'i' fut montré au "Forum" en Jèrri étout.

Un Trésor (3)

Acouo un but d'eune articl'ye dé George d'La Forge:

En pâlant d'chours, v'la tch'i' m'fait penser qu'nou n'en vait pon fort des cheins tch'ont dgiex pids d'hauts en Jèrri à ch't heu, mais y'en avait tout pliein quand j'tais mousse, et nou chantait souvent: "J'ai pèrdu ma femme en pliantant des chours, vèrse dans man vèrre!" Et j'm'èrsouveins tch'i' y'avait tréjous eune racachie d'bâtons d'trous d'chours raides et vèrnis, atout eune ronde tête en argent tch'avait l'êtchusson d'Jèrri, auve ses trais lions, gravé d'ssus, dans un pot à l'entrée d'la boutique à p'tun au Sieur Belford dans La Rue du Marchi - appelée "Halkett Place" à ch't heu. I' m'sembl'ye qué ch'tait à l'entrée d'chutte boutique-là qué l'estatue d'un soudard à cotillons 'tait mâtée à faithe la beinv'nue à tout l'monde. Oulle est dans l'musée d'La Société Jersiaise à ch't heu. Les visiteurs tchi v'naient en Jèrri en êté dans chu temps-là lus en r'allaient tréjous atout iun d'ches bâtons d'trous d'chours-là. Jé n'sai pon si nou peut en acater aujourd'aniet.

Eune chose est bein seûthe. L'histouaithe dé Jèrri, et la vie et les vielles couôteunmes et crianches des Jèrriais du temps jadis n'îthont janmais dans l's oubliettes. Grâce à L'Académicien Fraînque Lé Maistre i' sont r'cordées pour touos temps dans san fanmeux dictionnaithe Jèrriais!

George d'La Forge