Wednesday, 26 August 2020

1912: How the Pains Saw the Hydroplanes!

 

How the Pains Saw the Hydroplanes! 

 

Faudra vaie a s'moustré d'main au matin, que j'dis a nos gens Dimanche au sé, apres que j'eûmes fini d'liéthe le Chapitre du sé. L's oroplannes sont attendus d'bouonne heuthe demain, et Moussieu d'Rozé m'a d'mandé d'allé dans l'ieau jusqu'au froutchet pour ètre yun des premiers a lus souhaiter la ben'venue au nom d'la Cour. J'décidimes, ma femme et mé, d'emné Lonore ov nous; l'docteu avait dit qu'l salin d'la mé lis f'thait du bin, et d'la faithe pilvastchi jentiment dans l'ieau si y'avé moyen.

Lundi, j'fumes en l'heu par les qu'mins, et des preummiers sus l'sablion “Par iou qui faut r'gardé, Pépée?” s'fit Lonore. Y s'envont s'en v'nin dret en d'sus du chappé de ch't' houmme la, qu'tu vé la bas a torchi san nez; et quand tu verras v'né eunne moniethe de grande mauve ov eunne reue dans la tète et un houmme assés sus sans co - ch'est cheunna!

Ch'fut Laizé tchi fut la preumiethe a vaie l'Oroplane - l'sien qui s'en fut s'assiethe dans l'ieau au bord de Bieaumont. Et pis, n'en r'véla eun' autre qui touonne au d'sus d'nos tètes et d'sent endret le Mont-ès-Pendus! J'nos minmes a couorre touos les très pour allé l'vaie d'prés, quand tchiq'un criyi: “N'en r'véla un autre!” Et, ma fé vèthe, y'en r'avait un autre! Mes deux femmes faisaient des signaux ov lus mouochets. Lonore criyait: “Vive l'entente cordjalle! et mé, j'mins ma chappé sus l'haut d'man paraplyie. Y d'cendit tout pres d'nous, et j'couothimes dans l'ieau jusqu'aux j'nou pour être des preumiers a lus châtchi la main. “Carr'ous d'la, espéce d'idiots!” qui criyites en d'valant “J'os n'allons vos èsmaglyi!”

J'nos carrimes d'not' mus sinon Laizé qui choppi sus eunne touffe de cliaque et s'èstravli d'san long dans eunne mathe; mais coumme l'èsfriablye machine avanchait bouan rond sus nous avec eunne reue qui touonnait en faisant un infernal bri, j'happe Lonore par la talle et j'l'entraine hors de danji sans r'gardé driethe me.

Quand j'fumes ramontés jusqu'au “slip”, j'dis a Lonore d's'assiethe là un mio tandi qu'j'érdévallais dèspieautchi sa méthe et chanté pouolle ès aviateurs qu'avaient mantchi nos èsmaglyi.

Quand j'eut trouvé moyen d'm'faufilé parmi l'monde qu'était autouore d'chu moniethe d'ouésé en bouais, et justement coumme j'm'n allais c'menchi a lus dithe tchès que j'pensais d'lus condite, y s'adounnit qu'je r'gardi en haut, et tchès que j'vit? Yun des orviateurs, ch'tait l'sien a tchi j'avais fait créthe, a man dernié viage en France, que j'm'en allais y'accaté un motor-car, et a tchi j'avais néglyiji d'renvié très chents francs que j'avais empruntés la drenne fais que j'dini a l'hotel a ses frais! Bigre! j'en èscappi bel! Par bounheu qui n'me r'connut pon! J'm'en scoddi bin vite ramont la grève coumme un tchan fouotté. J'r'trouvi Lonore assise sus le “slip” a s'amusée a faithe r'bondi de p'tits gallots contre la pathé (ou'l est oquo un mio simplye par bordées, mais v'la tchi s'passa ov le temps) J'nos en r'fumes siez nous, yi et mé; et après avé bin diné et fait un p'tit soumme, j'dis a Lonore: autant vaut qu'je r'descende sus la grève - l'oroplannes dévent etre r'horts - vaie tchès qu'en est d'ta méthe. Mais j'n'avais pon fini d'pâslé qu'né v'la deux policemen qui nos la ramnites par souos l'bras, toute trempée, ses hardes en chiques, pas d'bonnet, mais d'bouone humeu tout d'mème: dans y'eunne de ses mains ou t'nait sans livre d'cantiques, et d'vant dithe mot, ou'l l'ouvrit au preummié flillet pour nos montré ch'qu'ont avait gagnyi en s'estrueullant endrét la machine - la signatuthe d'y'un des orviateurs! Et il est pour v'né béthe du tée siez nous a sa préchenne visite, a ch'qui y'a dit! Lonore en saute de jouée. Met'-avis qu'ou saut'a souvent d'vant qué d'le r'vaie!

Thursday, 20 August 2020

Lettres Jèrriaises d'Ursula Taylor

"Lettres Jèrriaises" - 2 sets of cassette recordings from 2000 and 2001 (Mèrcie bein des fais à Madanme Taylor pouor aver pèrmîns la châr'rie d'l'audgo)

Wednesday, 19 August 2020

Des léçons par Peter Germain

A set of Jèrriais lessons (transferred from tape) by Peter Germain of Saint Martin. (Note the typical features of Saint Martinnais dialect) Mèrcie bein des fais au Sieur Germain pouor aver pèrmîns la châr'rie dé ch't audgo.

Wednesday, 12 August 2020

Monday, 10 August 2020

1910: Le "caouan" est allé à Caen

Le "caouan" est allé à Caen ! Boustre mé qu'était d'la bordée je n'l'ai pon veu. Ni mé nettou comme se faisait un grand St. Cliément.


Eh bein bouannes gens si vous n'avez pon veu l'caouan i' vous à bein veu et chein que j'vais vos raconté en s'ra la preuve.


Il alli èttout tchique bord d'la Violette et ma fé en fut ébloui. I' viyait tout en violet et chès pour chounna qui n'ditha pon mot sur chein tchi s'passi par là.

1910: Mé v'là r'venu d'unne touannaie que j'ai fais

 Some interesting written forms in this text from 1910.

laîze/laîse = width

êlaîzi/êlaîsi = widen

In the text we have èlaîthi, representing a Saint Ouënnais form, for widen, but laize for wide (where one might have expected laithe)

 

Mé v'là r'venu d'unne touannaie que j'ai fais dans la pâraisse iou qu'nou disait i' y-a quarante ans : Captaine La-Mé-Monte.


J'pense bein que ch'tait quand nou z'était à coppé du vraic dans les havres et qui y'en avait tchicuns tchi taient drièthe occuo à tâyi.


Eh bein ! pour vos dithe, y-a tchiques annaies ch'tait Joe qui c'mendait la berque et Jim et Jdl le supportaient, et à des personnes, permissions i' dounaient pour des muthâlles tchi bâtissaient ; mais tous n'taient pas contents, car Jack n'éthait pas voulu que la muthâlle fusse bâtie sus les maîmes fondements parce dépis qu'nou z'avait c'menchi à èlaîthi la route à l'est, i' fallait continué du côté de l'ouest, et pis ètout la muthâlle avait tait toute abattue jusqu'à fond et ch'tait là temps de l'faithe, car ch'tait la grand route militaithe, mais Jack tait tout seu de san côté et il avait biau dithe que la route devthait avé vingt-daeux pids.

1910: Ou vos r'souvenèz bein qui y-a tchique temps j'vos dis

Ou vos r'souvenèz bein qui y-a tchique temps j'vos dis qu'ils avaient pliantai des "Lime Trees" dans l'chimetiathe du bouan berger, eh bein ! si chés bouais-là ne lus dêpèchent pas bein vite à produithe du "Lime Juice" pour calmer l'sang des bouannes gens d'la pâraisse, j'ai grand peux qui s'arrivetha des duels toute les fais yétha un assembliaie.


Je me sis aperchu que le bouan berger a bein d'la peine à manier ses brébis malgré qu'san troupeau n'est pas bein nombreux. Quand i' veur les faithe passer par unne braique, i' disent tréjous "Nennin," et qui s'y prenne coumme i' voudra, i' l'î pâssent entre les gambes et fichent lus quamp dans les pâtuthes ès vaisins. Je sis seux qui si Francis y viyait san qu'min clié, il en vendrait tchiqu'unnes des pièthes au bouochi.


1910: Ah, mes bouannes gens, je n'sai' pon de tchi bord de donner … des ailes

Ah, mes bouannes gens, je n'sai' pon de tchi bord de donner … des ailes. I' y-a tant de travas pour le caouan achteu et chouna par un temps que nou vai' pus un boustre de cat dehors, maîme pas iun des siens à Mess Bisson, du Bas de Square, li qu'en a tréjous treîs ou quatre alentou d'li.


Ou'est qu'j'ai tèt chutte semaine, mais quasiment dans toutes les pâraisses.


J'tais dans man biau cliochi quand i' futent en députation vers Abraham, le rouai d'Egypte et j'entendi le divers speech que fit un grand offici d'police sus les attroupements.


1910: Si la pâraisse vos votait tout pllien d'sou pour faithe un p'tit trip

Si la pâraisse vos votait tout pllien d'sou pour faithe un p'tit trip et si la pâraisse vos dîsait : V'là qu'est bein, tu peux t'n'allé à Londres, te louogi au Cecil Hotel et nou' paietha touos tes frais. Si nou' vos disait tout chounna à condition de rendre visite à cèrtains mêssieux et lûs dithe daeusse-treîs mots, est-che qu'ou' ne s'êtes pas dans la jouaie.


Mais dia, si chès mêssieux vos f'thaient à comprendre, tout arrivèt là, qu'i' n'ont pas l'temps d'èscouté vos raisons, que l'mûs pour vous est d'ertouanné et d'resté à vos caouffé siez vous ; qu'avec tout l'vent et les achies d'plluie, i' n'fait pas bon viagi, et qu' la mé est fort rude et pourrait vos détraquer l'estouma, séthêtes 'ous content de veîs vot' bieau p'tit viage s'en allé en fumée comme du p'tun ?


Thursday, 6 August 2020

Un but d'la Bibl'ye - Bible snippet

Aniet ch'est la Fête d'la Transfidguthâtion. Et né v'chîn un but d'la Bouonne Nouvelle s'lon Matchi, chapitre 17, vèrsets 1-9:
Today is the feast of the Transfiguration. And here's text from the Gospel according to Matthew:


Siêx jours pus tard, Jésû am'nit acanté li L'Rotchi et Jînmîn et san fréthe Jean et les m'nit amont eune haute montangne à lus touos seurs. Et i' fut transfidguthé l'avant à ieux, et sa fache lîthit coumme lé solé et ses habits d'vîndrent êgaluammant bliancs. D'un co v'là tchi lus geuthîdrent Moîse et Élie tchi pâlaient auve li.

Épis l'Rotchi dit à Jésû, "Seigneu, chenna nos fait du bein d'êt' ichîn; s'tu veurs, j'graiethai trais tentes ichîn, ieune pouor té, ieune pouor Moïse, et ieune pouor Élie."

Coumme i' pâlait, d'un co un nouage lithant vînt l's ombrer et du nouage eune vouaix dit, "Chennechîn est man Fis, l'Bein-Aimé; en li j'sis hardi content; êcoutez-lé!"

Quand l's approtis ouîdrent chennechîn, i' lus êtrav'lîdrent dans l'aithe et fûdrent accabâssés d'peux. Mais Jésû vînt et les touchit et dit, "Lèv'-ous et n'ayiz pon d'peux." Et quand i' r'gardîdrent en haut, i' n'vîdrent fis d'âme sénon Jésû à san tout seu.

Coumme i' d'valaient la montangne, Jésû lus c'mandit, "N'dites mot à fis d'âme entouor chein qu'ous avez veu d'vant qu'lé Fis d'l'Houmme sait souôl'vé des morts."

Tuesday, 4 August 2020

1910: Bouannes gens, me v'chin ervenu

Bouannes gens, me v'chin ervenu. J'ai tèt quâsiment dans toutes les pâraisses et ch'est pour chounna qu'i ne me virent pas au haout du vièr marchi la s'mainne pâssée.

I' faout que j'vos dise que j'ai tèt ettou ès Minquiers. Vèthe et occouo j'n'ai rein dounnèt à mangi ès paîssons. Ch'est pourtchi ou' pouvez acaté des crabes ou d's'andjulles sans crainte d'être empouaisonnès.

Sûs chès rotchiers j'ai ouï de bein drôles de choses, mais v'là qui s'ra pour eunne aoute feîs.