Wednesday, 25 May 2016

I' n'n'ont fait eune maie! - Mayhem!



Né v'chîn eune lectuthe dé l'articl'ye en Jèrriais dans l'neunmétho du mais d'Mai 2016 du Town Crier (l'magâsîn d'la Pâraisse dé Saint Hélyi).

Here's a reading of the Jèrriais article from the May 2016 issue of the Saint Helier Parish magazine.

Tuesday, 24 May 2016

Sonnet 110 d'Shakespeare



Sonnet 110

Hélas, j'ai galvaûdé, véthe, chîn' et là:
ch'est-i' qu'au veu d'tout l'monde j'ai bein joué l'fo!
Vendant man trésor pouor un prix d'foustras,
et contré mes dreins anmîns faîthant dro.
Ch'est bein vrai qu'j'ai dgîngni la véthité
en bêclian, mais ches clyîns - j'juthe par les cieux -
ches ilyies attriotchîtent un aut' hardé
et rajannîtent man tchoeu pouor té, man tchoeu.
Né v'là tout ag'vé, sénon chein tch'enduthe.
Ainchîn j'n'affil'lai d'aut' mén appétit
atout des nouvieautés; chenna j'té juthe,
man vièr anmîn, man dgieu d'amour, m'n affit.
Fai-mé l'beinv'nu dans tes bras - j'veurs qu'tu l'faiche:
man Paradis veint mus quand tu m'embraiche.

William Shakespeare
Vèrsion Jèrriaise dé Geraint Jennings


Tuesday, 17 May 2016

Èraver / R'aver - to have again

Né v'chîn acouo un vèrbe itératif dé conjudgi:

Here's the conjugation of verb have in iterative aspect. It can be used in a wide range of meanings, covering: retrieve, get back, recover, and of course can be used as auxiliary in composed tenses of other verbs:


èraver / r'aver - to have again

Présent

jé r'ai / j'èrai
tu r'as
i' r'a
ou r'a
jé r'avons / j'èravons
ou r'avez
i' r'ont

Prétérite

jé r'eus / j'èreus
tu r'eus
i' r'eut
ou r'eut
jé r'eûnmes / j'èreûnmes
ou r'eûtes / ou r'eûdres
i' r'eûtent / i' r'eûdrent

Monday, 16 May 2016

Èrêt', R'êt' - to be again

Né v'chîn l'vèrbe itératif èrêt', r'êt' conjudgi:

One of the grammatical features of Jèrriais verbs is the iterative aspect, whereby use of the prefix èr- (short form r'-) in principle can make just about any verb into a form including the meaning "again" or "re-". Auxiliaries such as verb be can also be iterative:

èrêt', r'êt' - to be again 

Présent

j'èrsis
tu r'es
i' r'est
ou r'est
j'èrsommes
ou r'êtes
i' r'sont

Prétérite

j'èrfus
tu r'fus
i' r'fut
ou r'fut
j'èrfeûnmes
ou r'fûtes / ou r'fûdres
i' r'fûtent / i' r'fûdrent

Sunday, 15 May 2016

Un but d'la Bibl'ye - Bible snippet

L'Églyise Pârouaîssiale
dé St. Jean
La Bouonne Nouvelle s'lon Jean, Chapitre 3, vèrsets 22-36:

Saint John's Gospel, Chapter 3, vv 22-36:
Auprès chenna, Jésû et ses approtis vîndrent dans la contrée d'Judée où'est qu'i' restit eune bordée acanté ieux, et baillit la lav'thie ès gens. Assa, Jean 'tait à bailli la lav'thie étout ès gens à Aenon tch'est du bord d'Salim, par cause qu'i' y'avait un tas dg'ieau là et des gens v'naient r'chéver la lav'thie (ch'est en tchi tout chennechîn, ch'tait d'vant qu'Jean fûsse blioutchi).

V'là tch'y'eut du hèrtchîn entre des approtis à Jean et un Juis entouor la cérémonnie d'la lav'thie. I' vîndrent à Jean et lî dit, "Maît', l'houmme tchi 'tait acanté té à l'aut' bord du Jourdain, lé chein entouor tchi qu'tu nos prêchis, ch'tî-là est achteu à bailli la lav'thie, et tout l'monde lus afflioquent à li!"

Jean rêponnit coumme chennechîn: "Fis d'âme n'èrchait rein, si ch'n'est pon bailli du ciel. Ou savez bein, vous, qu'j'avais dit, 'Mé, jé n'sis pon l'Onguenné.' J'avais explyitchi qué j'ai 'té envyé l'avant à l'Onguenné.

Friday, 13 May 2016

Sonnet 36 d'Shakespeare

Sonnet 36 d'Shakespeare

Nous deux, j'dai dithe, j'dévthêmes nos d'saccouplier,
ouaithe qué nos amours mathiés saient eunis;
ainchîn ches taques atout tchi qu'j'sis taqu'té,
sans t'n aîgue, à man tout seu j'dai suffâtchi.
Dans nos deux amours y'a raîque un respé;
tout coumme y'a l'dêpiet d'nos deux vies sparties
tchi, ouaithe qu'i' n'change pon dans ch't amour s'n êffet,
nos hale en cache-muche la jouaie d'nos parties.
Jé n'pouôrrai d'aut' t'èrvaie en sociêté;
m'n êtat pitchiabl'ye, véthe, té piqu'thait au vi.
Tu n'pouôrras nitout en publyi m'fêter,
sans ristchi qu'ta r'nommée en sait tatchie.
Mais n'fai pon chenna - j't'aime dé chutte faichon:
tu'es bein aimé et don j'dithais qu'tu'es bouôn.

William Shakespeare
Vèrsion Jèrriaise dé Geraint Jennings
13/5/2016


Un but d'la Bibl'ye - Bible snippet

L'Églyise
Pârouaîssiale
dé Saint Ouën
La Bouonne Nouvelle s'lon Jean, Chapitre 5, vèrsets 30-47:

Saint John's Gospel, Chapter 5, vv 30-47:
À man tout seu jé n'peux rein faithe, ma jug'gie est s'lon chein qué j'ouai, et jé juge justément viyant qué jé n'sis pon pouor m'pliaithe mais pouor pliaithe au chein tchi m'a envyé. Si j'têmouongne entouor mé-même, man têmouongnage n'est pon fiabl'ye. Y'a un aut' tchi têmouongne entouor mé, et san têmouongnage est fiabl'ye, j'en sis seux. Ous avez envyé pâler à Jean et li, il a têmouongni fiabliément entouor mé. Ch'n'est pon nécessaithe pouor mé qu'les hoummes têmouongnent entouor mé, mais j'dis ches choses-chîn à seule fîn qu'ou piêssêtes êt' saûvés. Jean 'tait eune veue brûlante et lithante, et ou 'têtes heutheurs pouor eune pause d'êt' dans sa leunmiéthe. Mais j'ai du têmouongnage tch'est pus grand qu'lé chein à Jean: ch'est en tchi l'travas qu'lé Péthe m'a bailli à ag'ver, chu travas qué j'sis à faithe achteu, est un têmouongnage qué ch'est l'Péthe tchi m'a envyé. Et l'Péthe lî-même tchi m'a envyé a têmouongni entouor mé. Ou n'avez pon ouï sa vouaix, vous; ou n'l'avez pon veu nitout, ni tîns sa pathole au tchoeu, par cause qu'ou n'avez pon ieu fouai en l'chein qu'il a envyé.

Normandie. Le premier dico français-normand remis à des lycéens

Ouest-France rapporte:


Le parler normand by OuestFranceFR
Ce mardi, le premier exemplaire du dictionnaire français-normand a été remis à un établissement de Domfront-en-Poiraie dans l'Orne.

Thursday, 12 May 2016

1938: Colorado Beetle

Leptinotarsa fg03Eune articl'ye pus à co surréaliste du Caouain d'1938:

A somewhat surreal tale by GW de Carteret from 1938:
Quand l'brit s'rêpandit i' y a tchique temps que l'Colorado Beetle avait envahi les Mintchais et était à mangi les ormers et qu'nou pouvait ramasser ches insectes-là à chivethées sus la grève à St. Malo, certains d'nos fermiers furent bain gênès car i' réalisithent qu'i' y avait grand dangi qu'i' vinsse en Jêrri et deux d'entre ieux voulithent s'asseûther sis la chose n'était pas hardi exaggethée, ch'est pourtchi i' s'décidithent d'aller vaie pour ieux-mêmes.

Ch'tait Charles Halledoque et Dâvi Meurdron de dans iune des pâraisses d'amont.

Quand ils annoncithent à lus femmes chein qui s'proposaient d'faithe i' rencontrithent une sérieuse opposition.

Missice Meurdron dit à Dâvi, "Tu t'en vas rester ichin! J'm'en vais t'en baîlli mé ses extchursions à St. Malo! Tu m'prends pour une innocente, don? Je n'sais tchi sorte d'extchuse que tu pouorrais inventer pour aller t'promener en France sans mé!"

La femme à Halledoque l'apostrothyi à peu près dans les mêmes termes, mais i' l'envyi s'faithe quatorze et la mins au défi de l'empêchi d'faithe le viage.

Wednesday, 11 May 2016

Sonnet 110 d'Shakespeare

Sonnet 110 d'Shakespeare
Hélas, j'ai galvaûdé, véthe, chîn' et là:
ch'est-i' qu'au veu d'tout l'monde j'ai bein joué l'fo!
Vendant man trésor pouor un prix d'foustras,
et contré mes dreins anmîns faîthant dro.
Ch'est bein vrai qu'j'ai dgîngni la véthité
en bêclian, mais ches clyîns - j'juthe par les cieux -
ches ilyies attriotchîtent un aut' hardé
et rajannîtent man tchoeu pouor té, man tchoeu.
Né v'là tout ag'vé, sénon chein tch'enduthe.
Ainchîn j'n'affil'lai d'aut' mén appétit
atout des nouvieautés; chenna j'té juthe,
man vièr anmîn, man dgieu d'amour, m'n affit.
Fai-mé l'beinv'nu dans tes bras - j'veurs qu'tu l'faiche:
man Paradis veint mus quand tu m'embraiche.

1957: Tchèsqu'est la miyeu vaque

Eune articl'ye dé Ph'lip et Merrienne dé chu jour-chîn en 1957: Lé Jour d'la Libéthâtion et les vaques (sustout les vaques):

From this day in 1957, an article by Edward Le Brocq about Liberation Day and cows (mostly about cows):

Tchèsqu'est la miyeu vaque
Ph'lip a s'n'idée, mais n'veur pas dithe
Au Portinfé
Mêcredi au sé.


Moussieu l'Editeu,

Hier au sé la Merrienne, tch'y v'nait d'ruminé pour un bouon quart-d'heuthe, après avé liut la gâzette, me dis comme chonna: "Ch'est d'main l'anniversaire de la Libéthâtion, Ph'lip. Tchèsque j'allons faithe?"

"J'allons resté siez-nous, ma vieille," j'l'y dit, "et j'allons nos r'pôsé et pensé un mio à chais chinq tristes années, et ès siens tchy ne r'vintes pas. Pour hardi, tu sais, Merrienne, d'main ne s'sa pas un jour de rêjouissance, car y'a des choses que nou n'roublie pas."

"Ch'est bein vrai," ou dit. "Ach'teu, tchèsqu'y y'a en Ville?"

"Y n'y'a pas le sèrvice usuél dans la Vieille Eglyise," j'l'y dit. "L's'Etats décidîtes que chonna n'tait pas nécéssaithe, et pourtant y'avait pus d'un membre d'Campagne tch'y n'approuvait pas de ch't'action-là. Dans l'arlevée y'a du football à Springfield, et des bidets à la Preumié Tour. Si fait bé, ch'est seux qu'y'étha du monde."

"Y'en étha tout-plien étout dans l's'aubérges," ou s'fit sèquement. "Et y'étha bein des travailleux tch'y s'saient pûs contents s'être à lûs d'jobbe, si lûs jour s'est pas péyi.

Albèrt et lé lion



Un nouvieau vidgo d'eune vèrsion Jèrriaise d'la poésie "The Lion and Albert" par Marriott Edgar

Albèrt et lé lion
J'avons un tas d'touristes en Jèrri;
Y'en a un amas d'Angliétèrre;
Et Moussieu et Madanme Ramsbottom
Y vîntent auve lus janne fis, Albèrt.

Un brave pétit garçon qué ch't Albèrt
Tchi 'tait habilyi dans un fa,
Et il avait acaté siez Woolworth
Eune badgette auve eune tête dé j'va.

Les Ramsbottoms n'aimaient pon la mé
Car les louêmes pouor ieux n'valaient pon chi;
Sus la grève n'y'avait pèrsonne dé n'yé
Et pèrsonne n'avait 'té naufragi.

Espéthant un mio lus abuser
Il' allîtent à la Mênag'gie,
Où'est qu'i' y'avait des lions et des tigres -
Et des gliaiches auve un goût d'èrva-s-y.