Thursday, 27 February 2014

"First World War plane"

Un but entouor la Grande Dgèrre dé Souos l'Hôlouoge en 1981:

A snippet about the Great War from Under the Clock in 1981:

Native tongue
The story of the First World War plane which got lost in the mist and finally ended up on the beach at Grève de Lecq continues.

I asked the other day if anybody had personal memories of the incident and as a result there was a telephone call from Dr. Frank Le Maistre, of La Brecquette, L'Etacq, St. Ouen.

Even though only a child at the time, he remembers the incident with vivid clarity, being one of a great many who went to the beach to see this strange thing which was probably the first plane many had seen and any had actually touched.

Wednesday, 26 February 2014

Je syis magnifique! siez musicologie.org

Lé site musicologie.org a posté eune èrveue du drein CD d'Magène:
Un bin biâo cédé, magène ! Sûr, il est magnifique ! Et quand on sait que sur les cinq mille langues parlées aujourd'hui, une disparaîtrait tous les quinze jours, il est important aussi.

(...) Le normand, du temps du royaume anglo-normand, a donné la Chanson de Roland, les Lais de Marie de France, et surtout les Romans de Rou et de Brut de Wace, avec la première version romane de la geste du roi Arthur, du temps où Escalibur s'appelait encore Caliborne. Et avec la première mention de la « Röunde Table », qui fit couler tant d'encre ensuite !

(...) La chanson titre est un texte ironique en « jerriais» (jersiais) d'Amelia Perchard.

1947: Les D'vis du Bouan'homme George

Quand l'y'a deux'trais femmes à badiner dans l'parleux, ch'est rîsibl'ye d'les ouï. Ch'est comme un tas d'poules à caqueter quand l'co est à hoûter à san tout-seu dans la carre du poulailli.

L'aut' arlevée, oprès l'thée, l'y'avait les Missis A. B. C. D. siez Missis E. Missis A. tait à r'garder par la f'nêtre, et ou vit tchitch'un passer. Lé v'chîn la conversation:-

A.
Tch'est qu'est chette-là?
B.
Latchelle?
A.
Eh Bein, chette-là tchi passe!
C.
Iou?
A.
Dans la route!
C.
Tchi route?
A.
Oh! mais! Tu n'vai pas, don - nou n'vait pon deux routes d'ichîn!
B.
Mais je n'vai pas personne, mé!
A.
Tu n'vai pas personne? Ou'est qu'est tes yièrs, don? Tu n'vai pas chutte femme-là tchi montre avau a route?
C.
Est-che chette-là tch'à eune capote?
A.
Mais oui, ch'est chette-là! N'y'en a pas deux!
C.
J'crai qu'ch'est Missis Vènement!
B.
Latchelle?
C.
Eh bein, la femme à Laïesse Vènement!
D.
Ch'n'est pas yi! Oulle a passé l'y'à vingt munutes.
E.
Ch'n'est pas Missis Vènement. Ch'tait Mêrrienne Bêchèrvaise!
D.
Tch'est qu'tu nouos chante? J'té dis que ch'tait Missis Vènement, mé! J'dai bein saver, mé, - j'allions apprendre à couôtre ensembl'ye!
E.
Vaithe, mais l'y'à chînquante ans, d'ch'là! J'té dis que ch'tait Mêrrienne Bêchèrvaise, tch'a passé l'y'à vingt munutes!
D.
Tu r'dotte! Ch'tait Missis Vènement! Jamais Missis Bêchèrvaise ne sort sans san paraplyie!
E.
Mais i' n'tchait pas d'plyie!
D.
Ah! Mais tchi pâtienche tch'i' faut auve té! Tu'est si têtue! ch'est comme eune âne!
A.
N'allez pas aver d'brit, vouos deux. La v'chîn qu'ou r'veint. Oulle a r'touoné sus ses pas. J'allons bein vaie tch'est qu'ch'est dans deux munutes!
B.
Ch'est Souky Ernon!
D.
Noufait! Oulle est horte en Dguèrnési vaie san couosin germain, Ph'lippe Robin!
E.
J'crai qu'ch'est Betté Luce, mé!
D.
Betté n'à jamais mîns eune capote dans les rues, - oulle est trop ordgilleuse!
E.
Ch'n'est pas vrai, ch'lâ! Tchitch'uns avaient dit qu'oulle tait ordgilleuse car oulle avait passé Jeanneton Patriarche sans lî dithe bonjour. Mais ch'tait pas par exprés, - ch'est qu'ou vait d'près!
C.
L'à connais-tu, té?
E.
Eh, bein, j'créthais que j'l'à connais. J'sommes pathents!
C.
D'tchi côté?
E.
Du côté d'ma couosine Mêraieu!
A.
J'avais ouï qu'oulle tait morte, ta couosine!
E.
Tchi difféthence que v'là tchi fait? Ch'est ma couosine quand-même!
B.
N'pâslez pas si haut, ou' vouos ouïtha! La v'chîn qu'oulle appreche!
C.
Ou r'garde en bas. Ch'est drôle qu'ou marche le long du fossé. Nou dithait qu'oulle a perdu tchiquechose!
E.
Tch'est qu'oulle a perdu?
C.
J'sai-t-i', mé? J'sis pas chorchiéthe!
C. [sic]
Eh bein, j'l'espéthe qu'tu n'l'as pas dit!
A.
N'y'a pas d'chorchiéthes acheteu!
E.
Oh nan? Pourtant, ch'est bein drôle qué Missis Mathet n'pouvait pas faithe san beurre!
A.
Bah! Tchi niolîn! La dernié chorchiéthe tchi d'meuthait en Jèrri fut brûlée quand sa bijuque happit à feu à Pliémont l'y'à bein d's'années. Ch'tait d'vant nout' temps. Fraînque Le Maistre en a êcrit l'histouaithe!
B.
Tais'ous! La v'chîn qu'oulle entre! ch'est Souky Ernon, comme j'vouos l'avais dit!
A. B. C. D. E.
Bonsouèr, Missis Ernon!
Missis Ernon:
Bonsouèr! Tch'est qu'i l'y'a tchi n'va pas beine? J'vouos ouïyais pâsler d'laut' bord d'la route!
A. B. C. D. E.
Bon! J'n'avons presque pas dit rein!

George d'La Forge
Les Chroniques de Jersey 6/12/1947

1915: L's Allemands ès Blianches Banques - Germans at Les Blanches Banques (2)

(siette et fîn)
I' s'agissait de prendre des précautions, car je v'nais justement d'liéthe dans les gâzettes qu'i n'fallait pas appréchi pus près qu'à chent verges du camps, ou bein en subi les conséquences.

En pensant à chenna le tchoeu quémenchit à m'palpiter et je fus à même de r'vither. Ou viyiz, je sis bein connu de touos nos miliciens jêrriais, et avec ieux i' n'y-aithait pas ieu d'dangi, mais les soudards qui sont à faithe la garde là-bas sont des viers rêservistes qui sont touos frais arrivés d'Angliéterre et ne r'connaîtraient pas l'Caouain d'la Chronique d'avec le coucou, ch'est pourtchi je parcouothi l'camp aussi trantchillement qu'possiblye.

Mais je n'vis pas un seul Allemand, i' fallait qu'i' fussent tous couochis, car je ouiyais une ronfliéthie dans toutes les huttes, ch'tait comme autant d'quétots.

Opprès aver fait l'tou de l'êtablissement, je m'en r'vins en ville, mais j'ai l'intention d'y r'faithe une autre visite pus tard, mais de jour dja chute feis, et pour n'être pas prins pour un étrangi j'ai idée de me dêguiser comme un corbin, une variété d'ouaisé qui n'manque pas par là-bas.

Dêmobiliser - Demob

The OED has a public appeal out for information on words developed in English as a result of the First World War. The word "demob" caught our attention:
The term demobilization, referring to the release of troops from military service at the end of a war, has been in use since the 19th century, but the abbreviated form demob seems to have been used only since the end of the First World War.
For comparison we've had a quick look for Jèrriais texts about demobilization in 1919. The most relevant seems to be an article by GW de Carteret about a "dîner des dêmobilisés" in Les Chroniques de Jersey of 15/11/1919. Which, as it happens, contained an interesting phrase:

"...fut jouôté avec une tonmate." i.e. fut jouôté auvec eune tonmate

The verb jouôter basically means to throw (originally from taking part in the custom of la jouôte - throwing stones at poultry or other animals, a "joust"), From jouôter sus un lapîn - throwing stones at a rabbit, for example, the verb jouôter developed the meaning of throwing stones or throwing more generally. Throwing tomatoes in the context of a "demob dinner" in 1919 would not therefore be so surprising (in the slightly mad world of the Caouain's newspaper columns) apart from the passive construction "fut jouôté auvec eune tonmate" - was hit with a tomato. This implies that jouôter has been used in the same sense as the verb adèrchi - to hit (a target) - unless the meaning's more like "had a tomato thrown at him".

As for "demobbed", the phrase which seems to have been in use in Jèrriais writings of the period is èrv'nu d'la dgèrre. The verbs "mobiliser" and "dêmobiliser" are, otherwise, well attested in Jèrriais.

Monday, 24 February 2014

1915: L's Allemands ès Blianches Banques - Germans at Les Blanches Banques (1)

BBC Jèrri a eune côssée d'son entouor l'camp ès prisonnièrs d'dgèrre ès Blianches Banques. Né v'chîn chein qu'lé Caouain en êcrivit en 1915:

BBC Jersey has an audio feature "Les Blanches Banques, Jersey: A Prisoner Of War Camp". GW de Carteret wrote a description (in his familiar style) in 1915:


Dimanche passé je resti au lièt pus tard que d'habitude, car j'avis ieu une rude nièt et n'avais pas dormi un d'gout. Ou viyiz je fus obligi d'être sus pid toute la nièt à faithe des poussots pour Marie Hibou qui dépis tchique temps a dêveloppé deustrais gros frouets.

Je me l'vi justement en temps pour dîner et je m'décidi, dès que j'eus dîné, d'aller faithe une petite promenade dans la ville. Tchi crowd de monde qu'i y-avait par les qu'mins! Jamais j'n'avais veu ditèt au Dimanche, et i' s'en allaient tous dans la même direction, tous du côté du Ouest. Je me d'mandi: Tch'est qui peut y-aver en allant don? Nou dithait que ch'tait l'jour d'la grand' r'veue ou bain les courses de St. Ouen.

Quand vint un temps, j'avisi un homme que j'connaissais, dans la procession, et je m'appréchi d'li et lis d'mandi: Où-est qu'ou vos z-n'allez tous don d'chu pas-là?

- J'nos z-n'allons ès Bianches Banques vaie les Germans; t'y-en vains-tu?

1906: Les autorités de Jersey à Saint-Brieuc

Né v'chîn un but d'eune articl'ye sus la gâzette Française L'Ouest-Éclair du 20/9/1906 (véthe, nou machacrit l'Jèrriais un mio):

In 1906 a Jersey delegation was received in Brittany, and the visit was written up in a newspaper. Here's part of the article (in which the Jèrriais gets a bit garbled):

Les autorités de Jersey à Saint-Brieuc

(...)
Le vieux patois jersiais
Nos lecteurs ne liront pas sans intérêt les lignes suivantes que notre excellent confrère Luce de la Nouvelle Chronique de Jersey a bien voulu écrire spécialement pour l'Ouest-Éclair, dans le vieux patois de l'île. On verra que ce parler original ressemble beaucoup au patois normand. Ils ont d'ailleurs la même origine:

"Ce sont les Jerriais qu'ont yeu l'plaisi de v'nin à St-Brieu. Iz ont té si bain fêtés dédpis quils ont dedberchi, né savent pas tchi penser d'lus amins les Français. D'sont en extase, et réellement, i n'peuvent pas en r'veni.
Chunnechi a été écri par yun des siens qu'était au grand dîner à l'Hôtel-d-Ville."

Saturday, 22 February 2014

Des rouoges-gorges - Robins

Y'a des rouoges-gorges siez l'bliogue Langue normande: Les Bochus

There are robin redbreasts over on the Langue normande blog.

Et en Jèrriais:

J'avons eune p'tite rouoge-gorge siez nous,
J'la dgette souvent aller et v'nîn
À san nid; muchi dans l'lierru,
Sus l'fôssé au bas d'not' gardîn.

Tch'est qu'a tué la Rouage Gorge?
Ch'est mé, dis l'mouôsson,
Au've m'n arbalêque
J'tué la Rouage Gorge.

Touas les ouaisieux de dans l'air,
Vintent en lermant et plieuthant,
Quand i's ouitent de la mort à la p'tite Rouage Gorge,
Quand I's ouitent de la mort à la p'tite Rouage Gorge,

Thursday, 20 February 2014

À la Nîngue Nangue Nongue - On the Ning Nang Nong

Eune vèrsion Jèrriaise pouor du fanne d'la poésie "On the Ning Nang Nong" dé Spike Milligan.

A Jèrriais translation(ish) of Spike Milligan's "On the Ning Nang Nong"
À la Nîngue Nangue Nongue
y'a des vaques bêlongues
et les marmoûsieaux tchaient bas!
Y'a eune Nongue Nangue Nîngue
où'est qu'les bouais êlînguent
toutes les pot'-à-théethies d'èrpéta.
À la Nongue Nîngue Nangue
les souothis té franguent
et nou n'peut pon lus dithe nânnîn-dgia!
Ch'est don: Nîngue Nangue Nongue
vaques bêlongues!
Nongue Nangue Nîngue
bouais tch'êlînguent!
Nongue Nîngue Nangue
souothis tchi franguent!
Ch'est-i' dangétheux à la longue
à la Nîngue Nangue Nîngue Nangue Nongue!

1912: How Piteur tricks the old lady, and the sad result (2)

Né v'chîn l'adgèvement d'un texte dé Ph'lippe lé Sueux Mouothant tchi fut publié dans l'Morning News du 1/2/1912:

Here's the concluding part of a Piteur Pain story:

How Piteur tricks the old lady, and the sad result
(siette et fîn)
Rin a r'dithe sus le c'menchment! Mais bétot, né v'la eunne vingtaines de filles qui r'sourdent pour dansé. Man péthe benin! que j'me fis, y's ont ronblié d's'habillyi d'vant qu'dé v'né! Touonne té vitte de bord! Lonore, tandis qu'j'ramasse man mouochet pour te l'amathé sus l's'yeux! Après que j'y'eut ben amathé l'mouochet - y s'adounnait que ch'tait man vert a carrieaux - j'la laissi s'rassîethe; ou poué ocuo oué la musique. Mais ches pouores filles d'vaient etre tout d'meme ben génées! Rin sus les gambes! et ch'quis avaient sus l'restant du corps! j'éthais peut aîsiement l'mettre dans ma pouchette de veste!

J'nose pas vos en dithe pus long! ous en rouogithaites, coumme j'ethais fait mé mème sinon qu'un forgeux n'peut pon rouogi! L'houmme qu'était assis près d'mé m'dit que les pouores garces avaient lus habits dans eunne casse qu'avait 'té èsdgethie dans l'navithe, et qu'ils avaient plieuthé hardi quand l'manedjeur l's'avait forchis a v'né dansé endret nous sans cotelles.

Des langues et des noes - titbits

Êcoute lé grand homme d'èrpéta;
à la mort il étha du r'ta!

Listen to the great man go on and on; he'll be in for a big comedown when he's dead!

Wednesday, 19 February 2014

Langue normande à La Cambe, Isigny, Grandcamp 1er 2 mars

Lé bliogue Langue normande annonche un weekend Nouormand "une fete ben d'cheu nous":


Dictionary addenda

  • ièrrîn = ladder-rope, rope ladder
  • ièrrîn d'capeste = swifter
  • êtchelle dé corde = rope ladder
  • haussiéthe = hawser
  • hansiéthe = hawser
  • ansiéthe = hawser
  • êtâne, êtanne = stem, stem-post (of boat)

1912: How Piteur tricks the old lady, and the sad result (1)

Né v'chîn lé c'menchement d'un texte dé Ph'lippe lé Sueux Mouothant tchi fut publié dans l'Morning News du 1/2/1912:

Here's the first part of a Piteur Pain story:

How Piteur tricks the old lady, and the sad result
Man pethe bénin, n'en v'chin d'un autre! Et, coumme d'amor, ch'est oquo mé qu'nou bieaume.

L'aut' jour, l'Bos me dit, "Né v'la deux titchets d'theâtre, s'ou voulaites y'allé ov Madame Pain," Merci moussie, que j'lis dis; Laizé n'est pon fort portée pour les vanitées d'la terre, mais mé, je n'm'en prive pon quant y s'adounne - j'y 'enmenné ma fille.

En ramontant siez nous, j'dis a Laizé: l'Bos ma dounné deux titchets pour eunne assembliée ou-és qu'chu savant houmme Sinel s'en va pâslé sus la r'sembliance qui y'a entre eunne stchélette de marmouset et d'Jerriais

L'feu brûlant et fliambant - The burning fiery furnace



Dans l'drein neunmétho des Nouvelles Chroniques du Don Balleine, y'a eune vèrsion Jèrriaise dé l'histouaithe du feu brûlant et fliambant dans la Bibl'ye (Dannié, chapitre 3, vèrsets 19-28). Né v'chîn eune vèrsion en audgo du texte.

The most recent issue of the quarterly Jèrriais magazine contains the Biblical story of the burning fiery furnace in Jèrriais. Here's the text read as published in the magazine.

Le Galo ben d'amaen

Sibel e Siben annonche:

Le Galo ben d'amaen
Le gallo pratique
Un guide de langue pour découvrir le gallo !

Avec Crisstof SIMON, linguiste et enseignant de gallo, vous apprendrez à communiquer en gallo (les salutations, le temps qu'il fait, etc.) et dans des contextes culturels différents (la cuisine, les activités maritimes, les jeux et les sports, etc.)

Une porte d'entrée pour comprendre le gallo et sa culture !

Les premiers mots, les phrases clés et les expressions courantes, les traditions locales, un lexique bilingue de plus de 2000 mots ! 28 chapitres / 208 pages

Tuesday, 18 February 2014

Eune boêtée d'scrits - a boxful of scripts

Nou nos a bailli eune boêtée d'scrits d'vielles pièches dé thiâtre (la pûspart fûtent présentées à l'Eisteddfod avaû l's années) par des difféthents auteurs.

We've been given a boxful of old playscripts (mostly some performed at the Eisteddfod over the years) by various authors.

Ches vièrs papièrs ont 'té faits sèrvi, changis en crèyon et plieunme, trilyis et cliutés, et chenna s'en va prendre du temps pouor arreuner.

These old papers have been used, with pencil and pen alterations, torn and stuck together, and it'll take some time to sort them out.

Monday, 17 February 2014

1913: Piteur Pain Reports on the Storm

Y'a chent ans, y'eut d's înnondâtions coumme j'avons ieu à ches drein. Piteur Pain du Morning News rapportit là-d'ssus:

The weather 100 years ago could be stormy and the same areas were prone to flooding, as Philippe Le Sueur Mourant wrote in the Morning News:

Piteur Pain Reports on the Storm
Ou-ès qu'sont mes huilés? que j'dit a nos gens, Sam'di au sé. L'Bos vint de m'douné eunne fielle de papi et un crayon d'pliomb; i' faut s'n'allé sus l'Esplianade vaie la mathée monté.

Quand j'fut èstchippé et pret a d'valé les d'grès ne v'la Laizé qui m'dit, "S'tu'emnais ta fille avec té? Deux d'gouts d'ieau d'mé et eunne pinchie d'grand air n'lis fthaient qu'du bain, et oul éthait eunne bouonne niet de r'pos après!" "J'men vais résté ichin, faithe un mio d'couôtuthe; et y'étha un pot-a-tée sus la joe du grée et l'restant des fliottes pour quand ou rentrethez!"

"All right!" que j'dis.

Sunday, 16 February 2014

P’tites gens de cyiz nouos - P'tites gens d'siez nous

Lé bliogue Langue normande fait sèrvi tchiques portraits d'vièrs mêtchièrs par Joseph Galopin pouor illustrer eune poésie d'Gires-Ganne:
Les gens de la terre, les labouorous,
les journalyis, les doumestiques,
les syins de la pale et du prinsous,
la couoturyire et ses pratiques ;

Friday, 14 February 2014

L'Amouotheux - The lover



"L'Amouotheux" - eune poésie en Jèrriais par Laelius (Sir Robert Pipon Marett, 1820-1884).

D'vanté - apron - devaunté

Langue normande bliogue lé "devaunté" tch'est siez nous un d'vanté.

Why is an apron called a
devaunté in mainland Norman (or a d'vanté in Jèrriais)? Well, as the Langue normande blog explains: the answer's right in front of you!

The First ‘Kobzar’

La Bibliothèque Britannique a bliodgi entouor la publyicâtion en 1840 dé ‘Kobzar’. À compather: la publyicâtion d'"Rimes Guernesiaises" en 1831 et d'"Rimes et Poësies Jersiaises" en 1865. La preunmié maîntchi du 19e siècl'ye têmouongnit à un întéthêt r'nouv'lé dans les littéthatuthes des langues dites régionnales en Ûrope.

The British Library has blogged ("The First ‘Kobzar’") the anniversary of the first publication of Taras Shevchenko's collection of poetry - a founding volume of modern Ukrainian literature. It's interesting to compare Shevchenko's influence with the founding volumes of modern Norman literature - the first published collections of Dgèrnésiais and Jèrriais poetry in 1831 and 1865 respectively. The first half of the 19th century witnessed a revival of interest in the literatures of so-called regional languages in Europe.

Eune Valentinne à la Souky



"Eune Valentinne (à la Souky)" - eune poésie (1864) en Jèrriais par Juvenis (Philip de Faye).

Un Valentîn



"Un Valentîn" - eune poésie en Jèrriais par Henri Luce Manuel (1818-1875).

Wednesday, 12 February 2014

1952: Lé Quatorze Févri (2)

Pouor la Saint Valentîn, né v'chîn l'adgèvement d'eune histouaithe dé Ph'lip et Merrienne des Chroniques de Jersey du 16/2/1952:

Here's the concluding part of a Valentine's Day text by Edward Le Brocq:

Lé Quatorze Févri
Les Valentines et l's'Ouaisiaux

(siette et fîn)
"Ch'tait un Vendredi, ch't'année-là," j'ly dit, et j'me r'souveins que quand vint l'dîmanche au sé, tu m'dis, pour la preumié fais que j'pouvais allé te r'condithe après la chapelle. J'éspethais assez qu'tu me d'mand'dais d'entré, mais quand j'vinmes end'hors de siez-té, tu m'dis à bétôt, sans seulement m'laissi t'embréchi."

"J'avais tait ben êl'vée," ou dit, "et j'n'éthais pas ôsé t'laissi prendre une telle libérté."

"V'la tchi vint pûs tard quand-même," je r'mértchit, "mais pour te dithe, Merrienne, ch'tait sans grande éspéthance que j'mont chutte Valentine dans la poste, car l'année de d'vant j'en avais envié yunne à une hardelle, tch'y d'meuthait dans l'bas d'l'Eta, et l'affaithe finit mal, car le dîmanche au sé, ou s'en fut, bras-d'sûs, bras d'sous, avec un individu du bord du Coin, et m'laissit en pliant."

"Tu n'm'avais jamais dit chonna," ou s'fit.

Tuesday, 11 February 2014

1952: Lé Quatorze Févri (1)

Pouor la Saint Valentîn, né v'chîn lé c'menchement d'eune histouaithe dé Ph'lip et Merrienne des Chroniques de Jersey du 16/2/1952:

Here's the first part of a Valentine's Day text by Edward Le Brocq:

Lé Quatorze Févri
Les Valentines et l's'Ouaisiaux
Moussieu l'Editeu,

J'tiomes à dêjeuné, Jeudi matîn, quand la Merrienne me d'mandit: "Sais-tu tchi jour que ch'est agniet, Ph'lip?"

"Ma fé!" j'ly raîponnit, "je n's'y pas trop seux, mais pourtchi qu'tu veur savé?"

"Tu veur me dithe," ou continuit, "que tu n'sais pas qu'ch'est l'quatorze de Févri."

"Damme," j'ly dit, "que che s'sait l'quatorze ou l'tchinze, tout ch'que s'sait ch'est que l'temps n'a pas belle mine, et qu'ch'est seux qu'j'éthons d'eau d'vant long, comme si la têrre n'était pas dêjà assez mouollie. Avec chonna, y fait une fraid d'tchan, et si la suée d'fraid qu'j'attrapit la s'maine passée n'amende pas d'vant dîné, j'îthai m'fouôrré au liet."

"Tu f'thas comme tu voudras," ou dit, "mais y faut que j'te diche que tu qu'menche à perdre ta mémouaithe, si tu n'sais pas tchèsqu'y soulait s'arrivé quand j'tiomes jeunes le quatorze Févri. Pense don pour une minute."

Et, Moussieu, sûs chonna, tchique chose me vint à l'idée. "Ch'est vrai," je m'fit. "Aut'fais nous envié un Valentine à s'n'amouotheuse. Eh ben, eh ben, est'y pôssiblye que j'avais oublié chonna?"

La Merrienne souôrit en s'versant une autre tâsse de tais. "Vèthe," ou dit, "et un jour j'en r'chut trais, épis trais belles, avec de bieaux vérsets. j'pensais ben qu'y'en avait yunne de té, car le postman me dit tch'il avait yeu ben d'la peine à lièthe t'n'êcrituthe sûs l'env'lope, mais j'n'ai jamais seu tchèsqu'y m'envyit l's'autres."

(à siéthe)

Toûtre ou dêtoûtre? - To cough or not to cough?

Où n'aveais ni besoin du docteu, ni du yiet,
Si où vouleais faithe justement comme j' ai fait,
Alleais dans David Place, siez de Faye l'Pharmacien,
Pour Johnson's Cough Mixture qu'a l'y seul appartient.

Y'en avait iun du Carrefour Sélous
Tchi s'dguérit eune fais d'eune hôrribl'ye toux,
Car i' s'fit du syrop
Auve d'la graisse dé pirot
Et s'vantait, ma fé, qu'il avait bouan goût

Tranchiz des cârottes et couvriz-les auve du jaune chucre. Laîssiz pouor un coupl'ye dé jours. Prannez eune tchul'lée du jus trais fais par jour pouor dgéthi la toux

"Eh, bein," Manman lî dît, "ch'est bein aîsi. I' n'est pon bésoin d'êt' docteu pour en faithe.

Monday, 10 February 2014

L'Êtac'sé - the small stack


Aniet j'têmes à L'Êtac'sé auve tchiques artistes Jèrriais dans l'vièr Fort, et chenna pouor l'Don ès Arts d'Jèrri. S'i' y'avait ieu des batchieaux aniet, nou-s'éthait atchilyi d's artistes d'la France étout - mais l'arrivée d's învités a 'té r'tèrgie malheutheusement.


J'distchutînmes des noms d'pliaiche en Jèrriais et les formes du paysage - et j'èrcitînmes d'la poésie. Lé Jèrriais est eune înspithâtion!

1916: Some opinions on the Projet de Loi

Acouo un texte d'la Grande Dgèrre:

Another text from the Great War:

Some opinions on the Projet de Loi
"Avec tout chenna, tchès qui m'ditha d'en par ou-ès qu'j'en soummes avec la Loué sus la Milice?" s'fit Cliém R'non, en s'appiant sus sa have a crevette. "Pus j'èsprouve a comprendre et pus j'm'enphôtôme. Tchès qu'i' fait qu'l'affaithe n'avanche pon?"

J'taîmes chinq de nous, ensemlye, à bûsotchi pour de la crevette, souos la Cosnièthe, a la Roque; et coumme i' n'y'en avait djethe, j'nos taîmes assîs a mangi eunne bouochie ch'attendant qu'la mé dvallisse ocquo eunne demi-heuthe. Ch'fut quand la jougue fut viedde et qu'nous avait allumé ses pipes qu'la distchusson c'menchi. Piteur Langliais v'nait d'dithe que san fils 'tait a je-n'sai si fallait avanchi ou r'tchullé ses neuches souos les circonstances. Mé, j'lis dounni en avis d'mathié san mousse au pus vite, pa's'que, chose seuthe, le Coummité éthait d's èsgards pour les jeunnes mathiés quand vindrait l'temps d'fourni des extchuses pour ne pon marchi d'lavant.

1959: Une rude niet au Portinfé (fîn)

Né v'chîn l'restant d'l'articl'ye dé Ph'lip et Merrienne dé d'dans Les Chroniques de Jersey du 3/1/1959:

Here's the remainder of the piece by Edward Le Brocq published in January 1959:
Pâslant d'autre chose:- les Etats s'en vont bétôt siégi (je crais qu'ch'est Mardi l'treize) et j'ai veu la list d'sujéts tch'ils éthont à considéthé d'vant procédé pûs long. Y'en a dans les deux douzaines de chais projets, et l'preumyi ch'est l'sien que notre Député, le Majeur de Gruchy, présentit en chinquante-chinq pour la réorgagnisâtion d'la Milice.

Friday, 7 February 2014

1959: Une rude niet au Portinfé

Un but à propos d'Ph'lip et Merrienne dé d'dans Les Chroniques de Jersey du 3/1/1959:

Here's a topical snippet from a piece by Edward Le Brocq published in January 1959:
Une rude niet au Portinfé
La Merrienne sus l'plianchais

Mais, tchi temps! Hier, le Jour de l'An, lé solé brillait comme au mais d'Avri, et la Merrienne me dit que dans san gardin tout poussait. Les p'tits ouaisiaux chantaient à lûs câssé la gorge, et j'vit deux rouogegorges tchi 'taient à s'entre faithe la cârre. Mais agniet tout est changi.

Pour vos dithe, la Merrienne et mé j'avions yeu un mio d'brit en soupant, et quand j'ramontîmes pour nos couochi, j'vit bein vite qu'ou 'tait ocquo roupilleuse. Ou m'douônit l'dos, et s'mint aussi près du bord du liet comme ou pouvait. Dans les trais heuthes et d'mie il est v'nu une bouffée d'vent tch'a châtchit la maison, épis pûs tard est v'nu chu tremblyement d'têrre tch'a fliantchi la bouonnefemme tout san long sûs l'plianchais. Ou s'est minse à faithe des brais, et, Moussieu, jamais ou n'craithais la djobbe que j'ai yeu à la r'méttre au liet. Vlà tchi y'apprendra, la vieille tétoigne, de s'êloigni d'san bouonhomme quand j'allons nos couochi. J'veins justement d'l'y porté une tâsse de tais, et ou s'pliains ocquo, mais j'peux vais qu'ou n'a pas yeu grand ma. Et don, j'ai décidé d'vos êcrithe de bouonne heuthe, pour avé tchiquechose à faithe, car y n'fait pas d'temps d's'en allé d'hors. Il est vrai que j'pouôrrais allé traithe, mais une heuthe de pûs ou d'mains ne f'tha pas grand' difféthence à la quantité d'lait tchi portent dans lûs minséthablyes piéchots...

Thursday, 6 February 2014

Lé Jeungl'ye ès meubl'yes



Lé Jeungl'ye ès meubl'yes - eune poésie par Geraint Jennings en Jèrriais auve eune vèrsion Angliaîche (texte publié dans Structo magazine).

A Jèrriais poem followed by translation into English - written and read by Geraint Jennings (text published in Structo magazine).

Dictionary addenda

endînmanchi = to be in one's Sunday best, dress up

r'ssource:
Quand nou-s'est à s'pronm'ner et qu'nou-s'est endînmanchi,
Et qu'nou-s'est attrapé dans eune achie,
Et s'nou-s'avait, par malheu, un tout neu chapé,
Nou s'sait-i' content d'aver prîns auvec sé
Un paraplyie.

Wednesday, 5 February 2014

La Section de la langue Jèrriaise

Viyant la prédiction du temps pouor à ces sé, la rêunnion tèrmée d'la Section de la langue Jèrriaise pouor 8h à la Société Jersiaise a 'té annulée. Les membres lus en vont rester en seûth'té siez ieux à êcrithe des buts rîthibl'yes.

Due to forecast weather for this evening, the scheduled meeting of La Section de la langue Jèrriaise (8pm at la Société Jersiaise) has been cancelled. Members intend instead to stay safe at home writing comical bits of text.

How the gas increase vexes the family



Dans l'drein neunmétho des Nouvelles Chroniques du Don Balleine, y'a un texte par Philippe Le Sueur Mourant entouor lé couôtage du gaz. Né v'chîn eune vèrsion en audgo du texte dé Piteur Pain.

The most recent issue of the quarterly Jèrriais magazine contains an article from 1916 by Philippe Le Sueur Mourant describing gas price increases. Here's the 1916 text read as published in the magazine.

Météio à Bricbé

Langue normande a bliodgi la prédiction du temps pouor Bricbé aniet:
méquerdi 05 dé févri

Annyi méfious des coups de vent. Byin des nuaées dauns le cyil. De l’orage dauns la relévaée, cha se pourrait byin. Des haraées et cha peut dépêlaer par coups. De fortes ventaées, ch’est reide seur, et pis touot pousse à yavaer quiques abats d’iâo. Ch’té nyit méfious du vent de surouêt qui forcit à chent à l’heure.

Tuesday, 4 February 2014

Structo magazine


Lé drein neunmétho d'Structo, un magâsîn littéthaithe, a eune poésie par Geraint Jennings auve eune vèrsion Angliaîche. Dans chu neunmétho y'a étout des poésies en Irlandais, Êcôssais, Chinnouais et en Angliais.

The latest issue of Structo, a literary magazine, has got a Jèrriais poem by Geraint Jennings with an English translation. This issue also contains poetry in Irish, Scottish Gaelic, Chinese and English.

Acouo des fîsées - more rockets


La Gamme ès Fîsées
  • la tou d'lanchement
  • la fîsée
  • la traînée d'feunmée
  • eune bliouque dé feunmée
  • eune leune
  • eune plianète
  • un astronaute
  • un p'tit vèrt homme
  • eune souôtâsse volante
  • la Tèrre
  • un gabé / eune vithouette
  • faithe topinner
  • mêler

La gamme ès fîsées - Rocket game

J'avons des nouvelles gammes pouor faithe sèrvi dans les Pallions. J'êprouvînmes chette-chîn pouor la preunmie fais hièr. Ch'est eune gamme ès fîsées.
We've got new games to use in our Pallions. We tried this one out for the first time yesterday. It's a rocket game.

Né v'chîn des patholes sus la blianche plianche.
Here's some vocabulary on the whiteboard.

Monday, 3 February 2014

La Hague et L'Di

Langue normande a bliodgi:
Et La Hague ? Ch’est escaundinave ou aungllo-sacsoun, cha veurt dire « encllos pou les âomales, les bêtes ». Le Hague-Di, cha serait le fossé de l’encllos (fossé en normaund veurt dire talus en fraunceis). Ya eun fossé reide hâot qui barre la pouente de La Hague, cha ya éto genci byin devaunt que les Viquyins s’en vyinnent ichin. Le Collège de Biâomount sé noume achteu « Le Hague-Dick », mais fâot dire « Di » coume disent co les gens d’ichin.

Dé l'ieau à touos les bords - Water, water, everywhere



Dans l'drein neunmétho des Nouvelles Chroniques du Don Balleine, y'a eune poésie entouor l'ieau. Né v'chîn eune vèrsion en audgo du texte.

The most recent issue of the quarterly Jèrriais magazine contains a poem about water. Here's the text read as published in the magazine.

Guernsey Song Project Launch

Tom Girard a bliodgi:
On Monday 27th January 2014 the Guernsey Language Commission launched a new project to help promote the island’s native language.

Saturday, 1 February 2014

Lé pêtcheux n’sent pon sa pouque


Lé pêtcheux n’sent pon sa pouque.
Le pêcheur ne sent pas son sac.
No-one despises his own trade.